PLATE-FORME

Synthesis Bank lance la «commission zéro»

La banque genevoise révolutionne le paysage du négoce en ligne en supprimant les frais sur des titres qui jouent les actions à la hausse et à la baisse.

Synthesis mise gros sur la compétitivité de sa plate-forme de négoce. La banque genevoise dirigée par Charles-Henri Sabet offrait déjà les commissions les plus basses de Suisse pour l'achat et la vente d'actions, d'après des comparaisons effectuées par Bilan, Cash, ou Tages-Anzeiger. Lundi, elle annonçait qu'elle supprimait totalement les commissions sur les achats ou ventes de CFD.

Les CFD, ou «contracts for difference», sont des substituts aux actions et aux options que Synthesis a été l'une des premières à introduire en Suisse. Ces contrats échangés sur le marché de gré à gré (OTC) permettent de parier à la hausse comme à la baisse sur une action, sans livraison physique de titres. Ces instruments qui répliquent les mouvements de l'action sous-jacente permettent aux petits investisseurs l'usage de levier. Pour 10 francs, un boursicoteur peut spéculer jusqu'à 100 francs. Contrairement aux actions, les CFD n'offrent toutefois pas de droit de vote ni de dividendes. Ils se prêtent surtout au négoce à court terme. La possibilité de jouer le marché à la baisse sans la complexité des options est l'un de leurs avantages clés. Les CFD n'ont en effet ni «strike» (prix d'exercice fixé à l'avance), ni échéance comme les options. En outre, ils échappent au droit de timbre.

«Prélever un courtage minimum se justifiait auparavant car le trader passait les ordres manuellement, explique Pierre-Yves Revaz, chef de la communication de Synthesis. Avec les nouvelles technologies, c'est le client qui passe directement les ordres sur notre plate-forme; il n'y a donc plus de raison de le facturer.»

La politique de «commission zéro» ne s'applique pas à l'achat et à la vente d'actions en direct, mais uniquement aux CFD, qui représentent une fraction des volumes de négoce passant par la plate-forme de Synthesis, très largement utilisée pour le trading de devises.

Pour le négoce ordinaire d'actions, Synthesis propose toujours sa plate-forme Tradingfloor, qui reste la plus avantageuse de Suisse, facturant 18 francs de frais pour l'achat de 1000 à 10000 francs de titres, contre 50 francs pour Raiffeisen et 40 francs pour Migros (voir tableau).

Le succès est au rendez-vous, à en juger le doublement des effectifs de 30 collaborateurs fin 2005 à 60 aujourd'hui. Selon Pierre-Yves Revaz, Synthesis emploiera déjà 100 personnes à la fin 2006. Le groupe, présent uniquement à Genève pour l'heure, envisage d'ouvrir un bureau à Zurich afin de se rapprocher de son importante clientèle alémanique.

Publicité