A l’occasion du Festival Musiques et Sciences, qui s’est tenu la semaine passée au Conservatoire de Lausanne, la start-up Tabrasco a posé ses capteurs sur des musiciens et leur public pour tenter de mettre en évidence les réactions physiologiques suscitées par la musique. Des élèves du Conservatoire et des spectateurs ont servi de cobayes. La fréquence de leurs battements cardiaques étaient visibles en temps réel.