Presse

Tamedia accepte de négocier avec les grévistes

La direction du groupe de presse a accepté de reprendre les discussions avec ses journalistes mercredi à propos de la disparition du «Matin» papier et des licenciements induits

La grève historique de mercredi, qui a réuni environ 200 journalistes des titres romands de Tamedia en protestation contre la politique de leur direction, a abouti à une reprise des négociations entre les deux parties. Elles devraient se rencontrer jeudi.

Grève poursuivie

Les employés ayant cessé de travailler ont voté à l’unanimité la reprise des discussions avec la direction de Tamedia lors de leur assemblée générale mercredi en fin d’après-midi. Ils espèrent que les négociations avec l’éditeur zurichois – qu’ils avaient rompues mardi en décidant de faire la grève – pourront se faire sous l’égide de l’office de conciliation.

Les dissidents poursuivent toutefois leur grève jeudi, «jusqu’à l’obtention de résultats probants», affirme Karim Di Matteo, journaliste à 24 heures et actif dans les pourparlers avec Tamedia.

Publicité