Le taux de chômage en Suisse a reculé de 0,1% en septembre par rapport au mois précédent pour s’établir à 2,6%, a annoncé jeudi le Secrétariat d’Etat à l’Economie (SECO), ce nouveau repli confirmant l’embellie sur le marché du travail. Fin septembre, 120 294 personnes étaient inscrites au chômage, soit 6061 de moins qu’en août.

Le nombre de chômeurs a diminué de 9% par rapport au mois d’août pour les moins de 25 ans, et s’est replié de 3,9% sur un mois pour les plus de 50 ans. Le nombre de postes à pourvoir a quant à lui augmenté, avec 2138 postes à pourvoir supplémentaires, portant le total des offres dans les offices régionaux de placements à 60 588. En rythme annuel, le taux de chômage a reculé de 19%, touchant 28 266 personnes de moins qu’en septembre 2020, a précisé le SECO.

Lire aussi: Pour les chômeurs, le temps est suspendu pendant trois mois

Le marché du travail se remet bien de la crise

Bien que beaucoup plus faible que ses voisins en Europe, le taux de chômage en Suisse était remonté avec la crise sanitaire, culminant à 3,7% en janvier 2021. Il a depuis graduellement reculé pour revenir à 2,7% en août. Mercredi, lors d’un point trimestriel sur ses prévisions de croissance, le centre de recherches conjoncturelles de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich a estimé que le marché du travail «semble bien se remettre de la crise».

Malgré une reprise économique un peu moins forte qu’initialement prévu pour 2021 en raison des tensions sur les approvisionnements, le SECO s’est également montré plus optimiste pour l’emploi lors du dernier point sur ses prévisions conjoncturelles mi-septembre. Il avait alors ajusté ses prévisions pour le taux chômage à 3% pour 2021 (contre 3,1% auparavant) et à 2,7% en 2022 (contre 2,8% précédemment).

Lire également: La Suisse reprend la route du plein-emploi

Parmi les signes positifs, le baromètre de l’emploi publié mi-septembre par la branche suisse de Manpower, le spécialiste américain du travail temporaire, a de son côté fait état d’une hausse des intentions d’embauches pour le quatrième trimestre, avec une hausse nette des recrutements attendue à 8%.