Le taux de chômage en Suisse a légèrement augmenté de 0,1 point en novembre, par rapport à octobre, pour se fixer à 3,3%. Le nombre de chômeurs a progressé de 4697 personnes pour s’établir à 149 228. Selon le SECO, cette progression s’explique exclusivement par des effets saisonniers.

Le chômage a grimpé le mois dernier dans la construction, dans l’hôtellerie et dans le secteur des emplois temporaires, a déclaré vendredi lors d’une conférence téléphonique, Boris Zürcher, chef de la direction du travail au Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO). A contrario, le taux a reculé dans les branches non touchées par des facteurs saisonniers.

Le coefficient navigue autour de 3,1-3,3% depuis le mois d’avril. En début d’année 2016 cependant, il se situait encore à 3,6%. Pour l’ensemble de l’année 2016 et pour 2017, l’expert du SECO s’attend à un taux de chômage en moyenne à 3,3%. Comme actuellement les indicateurs avancés indiquent une légère diminution, Boris Zürcher prévoit pour la fin 2017 un léger recul du chômage, corrigé des facteurs saisonniers.

Chômage des jeunes en baisse

En novembre, le nombre de chômeurs est ressorti en hausse de 1085 personnes, par rapport au même mois de 2015, soit une progression de 0,7%. Le chômage des jeunes (15-24 ans) a toutefois diminué de 0,9% sur un mois à 18 921 personnes. Sur un an, la baisse est de 5,6%.

L’ensemble des demandeurs d’emploi a pour sa part augmenté en novembre de 7703 personnes en un mois et de 4329 sur un an à 215 215 personnes. La catégorie comprend, outre les chômeurs, les individus en formation ou en situation de gains intermédiaires ou occupés à temps partiel ou les personnes qui ne peuvent pas être placées pour cause de maladie, maternité, accident ou service militaire.

Quant au nombre de places vacantes annoncées auprès des Offices régionaux de placement (ORP), il a diminué le mois dernier de 96 à 10 814 unités.

Neuchâtel particulièrement touché

La Suisse romande reste la région de Suisse la plus touchée par le chômage. Neuchâtel continue de détenir la palme du coefficient le plus élevé du pays. Le mois dernier, le taux y a augmenté de 0,2 point à 5,9%. Le Valais a connu la plus forte hausse du pays (+ 0,5 point) le mois dernier pour des raisons saisonnières essentiellement. Son taux atteint 3,8%.

Genève est le 2e canton de Suisse le plus affecté par le chômage avec un taux de 5,4%, mais son coefficient a reculé de 0,1% en novembre. Le canton de Vaud où le taux a atteint 4,7% (+ 0,1 point) le mois dernier arrive en 3e position. Dans le Jura, le taux de chômage est resté stable en novembre à 4,6%.

Fribourg, qui a vu son taux de chômage progresser de 0,1% à 2,7%, est le seul canton romand où le coefficient est en dessous de la moyenne nationale de 3,3%. Dans le canton de Berne, avec sa minorité francophone, il a crû de 0,2 point à 2,8%.

Chômage partiel

En ce qui concerne le chômage partiel, le SECO relève que les réductions de l’horaire de travail ont touché 5059 personnes en septembre, soit 594 de plus que le mois précédent. Le nombre d’entreprises ayant eu recours à de telles mesures a augmenté de 61 unités à 505.

Au chapitre des chômeurs qui sortent de la statistique, le SECO a compté 3144 personnes ayant épuisé leurs droits aux prestations de l’assurance chômage en septembre.