Assurance

Les taux négatifs coûtent 300 à 400 millions à la Suva

Le supplément de prime de renchérissement de 7% est supprimé tandis que la prime est stable pour la grande majorité des assurés. Une solution interne a été trouvée à la tête de la société. Felix Weber remplacera Ulrich Fricker au premier janvier 2016

Les taux négatifs coûtent 350 millions à la Suva

Assurance Les entreprises verront leurs primes baisser en 2016

«La Suva présente un très bon résultat 2014», a déclaré à la presse, vendredi à Lucerne, Ulrich Fricker, président de la direction. Son bénéfice d’exploitation bondit de 11,5 à 105,8 millions de francs. Ce saut est effectué malgré la restitution de 70,5 millions de francs prélevés sur les réserves, plus exactement sur les fonds de compensation.

La Suva gardera certes des primes nettes stables pour 75% des entreprises au 1er janvier 2016, mais l’assureur accidents supprime pour toutes les entreprises le «supplément de prime de 7% destiné au financement des allocations de renchérissement». Il en résultera donc au final une baisse de primes pour les entreprises. «Nous voulons apporter notre contribution à une industrie qui souffre du franc fort», a expliqué Ulrich Fricker.

Cette ponction sur les réserves n’empêche pas la Suva d’assister à une hausse de ces dernières tant les affaires se portent bien. De plus, les craintes d’une progression du nombre de rentes d’invalidité ne se sont pas concrétisées. Elles ont diminué de 1776 à 1714. Le coût des rentes est toutefois en hausse de 9,3%.

Le portefeuille de placements de 46,3 milliards de francs (+5%) réalise une performance de 7% permettant au degré de couverture de se hisser à 134,2% fin 2014 et 137% fin mai 2015, a indiqué Ernst Mäder, responsable des finances. Mais l’évaluation est très conservatrice. Ni les prêts, ni les immeubles ne sont comptabilisés à la valeur de marché. «Si tel était le cas, la performance serait comprise entre 8,5 et 8,7%», fait valoir Ernst Mäder. Ce dernier se révèle sceptique sur la poursuite d’un tel niveau de performance, si bien que 902,5 millions de francs sont affectés à la constitution de provisions pour risques de placements. A la fin de l’année, la Suva disposait de 11,9 milliards de francs de réserves d’évaluation.

L’assureur accidents souffre toutefois des taux négatifs, à travers le coût des protections contre les variations de change et les taux du marché monétaire. Au total, «les taux négatifs coûtent 300 à 400 millions de francs», déclare le directeur.

La Suva assure la moitié des actifs du pays. Les finances sont jugées saines. Avec une masse salariale assurée en hausse de 1,9%, les recettes de primes se sont accrues de 0,5%, les prestations d’assurance de 4,5% et les frais d’exploitation de 0,6%. Un service informatique pour le dépistage des cas de fraude à l’assurance a permis de réaliser plus de 104 millions d’économies depuis 2007, selon Ulrich Fricker. Par ailleurs, sur les 2,3 millions de factures vérifiées, 12% ont été refusées. Il en résulte 160 millions d’économies.

Nouveau directeur

Le passage de témoin à la présidence de la direction s’effectue dans de ces conditions jugées bonnes. Ulrich Fricker prend sa retraite après 16 années à la tête de la Suva. Il sera remplacé dès le 1er janvier par Felix Weber, 49 ans. Il s’agit d’une solution interne à l’entreprise. Le nouveau directeur est responsable des prestations d’assurance et de la réhabilitation depuis 2009. Auparavant, il a fait carrière auprès de Concordia Assurance et de Zurich Assurance.

 

 

 

 

Publicité