Après bientôt cinq ans de taux d’intérêt négatifs en Suisse, quel bilan tirer de cette mesure destinée avant tout à freiner l’appréciation du franc? Le débat reste vif sur les effets à long terme des taux négatifs et les milieux financiers ont clairement manifesté leur lassitude ces derniers mois. Reste que les taux négatifs semblent en passe de devenir la nouvelle norme. Même si les effets sur les taux de change, d’inflation et de croissance ne sont pas ceux espérés, pour l’instant, en Suisse comme dans la plupart des autres pays qui pratiquent l’intérêt négatif (zone euro, Danemark, Suède, Japon), montre une récente étude de CME Group.