Dans la confusion entre bonnes et mauvaises nouvelles, le repère des investisseurs s’est à nouveau figé sur les banques centrales et sur les annonces successives enregistrées en milieu de mois. Aucune d’entre elles n’a créé la surprise ainsi que leur rôle de stabilisateur financier le requiert.