Télécoms

En téléphonie mobile, la barre des 20 francs est atteinte en Suisse

Lidl lance une nouvelle offre forfaitaire à 19,95 francs par mois, comprenant appels et SMS illimités, ainsi qu’un volume conséquent de données. D’autres offres comparables existent. Une grande partie des Suisses peut ainsi diviser sa facture mensuelle par trois

Payer 20 francs par mois pour des services de téléphonie mobile. Sans un centime de plus. Et sans quasiment aucune restriction. Ce qui était impensable il y a quelques années en Suisse est désormais réalité, comme l’a montré l’offre lancée mercredi par le distributeur Lidl, en collaboration avec l’opérateur Salt. L’offre Lidl Connect Smart Abo comprend, pour 19,95 francs par mois, des services quasiment illimités. De quoi faire réfléchir les Suisses qui paient aujourd’hui le triple, voire le quadruple, pour des services comparables auprès de Swisscom, Sunrise ou Salt.

Certains consommateurs helvétiques se souviennent d’avoir envié, dès 2012, leurs voisins français. Cette année-là, Free lançait un abonnement forfaitaire à 19,99 euros par mois, soit environ 24 francs de l’époque. Une offre comparable coûtait alors, en Suisse, entre 80 et 100 francs. C’est dans cette fourchette de prix que se situent aujourd’hui encore une grande partie des abonnements payés par des consommateurs suisses.

Opérateurs virtuels

Et pourtant, les abonnements petits budgets se sont multipliés ces derniers mois, via l’entrée sur le marché de nouveaux distributeurs, appelés opérateurs virtuels. Aldi, La Poste, Migros, Coop, UPC ou encore désormais Lidl: tous ont noué des accords avec Swisscom, Salt et Sunrise pour utiliser leurs réseaux mobiles et proposer des offres attractives. Et même Swisscom (avec Wingo) et Sunrise (avec Yallo) ont créé des sous-marques proposant des offres pour petits budgets.

Il en existe aujourd’hui des dizaines et celle de Lidl est sans doute la plus agressive. Pour 19,95 francs, le distributeur propose des appels illimités sur tous les réseaux suisses, l’envoi sans limite de SMS et un volume de données de 5 Go par mois. Ce volume est largement suffisant pour la majorité des consommateurs, à condition de ne pas consulter trop de vidéos en streaming. Lidl facture 49 francs pour l’activation du service. Il n’y a pas de durée minimale de contrat. A titre de comparaison, l’offre la plus proche de Swisscom (Swiss mobile light) coûte 25 francs et comprend un volume de données… dix fois inférieur.

Lidl offre le plus

Lidl est ainsi plus généreux que Migros, dont l’abonnement Maxi (29 francs par mois) ne comprend qu’un volume de 3 Go de données. L’abonnement comparable de Coop coûte 29,90 francs par mois et n’inclut quant à lui que 2,5 Go. Autre exemple, Aldi commercialise l’offre Smart M à 28,90 francs mensuels, avec une limite à 3 Go par mois, mais en incluant des appels et un accès limité à internet à l’étranger. Wingo (Swisscom) propose quant à lui 2 Go de données par mois (utilisables en Suisse et  l'étranger) pour 25 francs.

Lire aussi: Le marché de la téléphonie tourne à l’envers

Il est donc tout à fait possible d’utiliser son smartphone librement en ne déboursant qu’une vingtaine de francs par mois. Bien sûr, ces abonnements imposent certaines restrictions. Ainsi, en règle générale, les tarifs de roaming sont plus élevés que ceux des abonnements «classiques» de Swisscom, Salt et Sunrise, qui tendent tous à offrir des prestations généreuses à l’étranger.

L’importance des offres combinées

Il n’existe pas de chiffres sur le nombre de clients des opérateurs virtuels. Mais tout porte à croire qu’ils sont nettement inférieurs à ceux de Swisscom, Salt et Sunrise. Pourquoi? D’abord parce que les Suisses sont conservateurs et rechignent à changer d’opérateur, c’est bien connu – et cela reste actuel. Ensuite, les clients préfèrent des offres sans aucune limite, alors même qu’ils sont nombreux à ne pas avoir besoin de volumes de données importants – ni de services de roaming. Enfin, les trois opérateurs sont assez malins pour lier leurs abonnements mobiles à leurs offres fixes (accès à internet, téléphonie fixe, télévision) en offrant des rabais de plusieurs dizaines de francs par mois lorsque l’on souscrit à tous ces services.

Ainsi, Swisscom, Salt et Sunrise savent que ces offres à petit prix ne vont pas (trop) cannibaliser leurs abonnements. Mais s’ils acceptent de travailler avec des opérateurs virtuels, c’est qu’ils sont confrontés à une saturation du marché. Ils savent qu’il existe une clientèle très attentive aux prix et qui n’a pas besoin de services additionnels. Une clientèle qui va sans doute croître ces prochains mois à la faveur d’une multiplication de ces offres.

Publicité