Il n’y a nul besoin de légiférer en matière de télétravail, avait indiqué en 2016 le Conseil fédéral. Mais ça, c’était avant la pandémie et le recours massif au travail à domicile, qui a amené 34,1% des travailleurs suisses à télétravailler en 2020, contre près d’un quart en 2019 et de façon beaucoup plus occasionnelle.