A s’en rappeler aujourd’hui, on ne peut s’empêcher d’en sourire. Voilà une dizaine d’années, les banquiers suisses avaient eu droit en avant-première aux rigueurs d’un confinement. A l’époque, la place financière n’était pas vraiment en odeur de sainteté et ses porte-étendards s’étaient vu chaudement recommander par leur direction de ne plus mettre les pieds hors de la Confédération. Les subprimes et l’affaire Birkenfeld avaient quelque peu plombé l’ambiance, d’autant que les marchés d’alors baignaient dans une grisaille qui n’était pas sans rappeler les magasins d’Etat des pays de l’Est sous le régime soviétique. Le S&P 500 dépassait à peine les 1000 points. Depuis, il a plus que triplé. Quant au SPI, il végétait aux alentours des 5000. Aujourd’hui, il est installé confortablement au-dessus des 10 000.

Lire aussi l'opinion: La place financière suisse confrontée au protectionnisme de l’UE