«Ce que vous voyez, ce n’est pas l’heure de votre décès, mais le temps de vie consommé. Ça vous donne une idée de ce qu’il vous reste comme temps pour réaliser vos rêves, vos ambitions.» Benoit Dubuis ne voit pas Tempus Fugit, le garde-temps dont il est l’initiateur avec la Fondation Inartis, comme un objet morbide, mais bien au contraire comme une injonction à vivre. «C’est un appel à l’action et une intime conviction que la prise de conscience du temps qui passe est un encouragement à la réalisation de soi, à l’affirmation du sens de notre vie et à l’importance de notre engagement pour un monde meilleur.» Un projet qui a séduit le Grand Prix de l’horlogerie qui l’a nominé dans la catégorie Calendrier & Astronomie pour son édition 2022.