Des dizaines de téléphones infectés, 50 000 numéros visés, des années de surveillance à distance… Dimanche soir, l’enquête publiée par un consortium de 17 médias internationaux a braqué un coup de projecteur puissant sur les pratiques de la société israélienne NSO. On soupçonnait depuis des années que ses logiciels espions avaient été utilisés pour attaquer les téléphones de Jeff Bezos, fondateur d’Amazon, ou du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné en 2018. Mais jamais autant de données n’ont été révélées sur les victimes de cet espionnage massif.

D’où ces deux questions, toutes simples: sommes-nous tous à la merci de cette prise de contrôle à distance de nos téléphones? Et comment tenter de s’en prémunir?