Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une eau usée représente de la valeur, y compris dans ses composants nocifs ou non désirés. Mille gallons d’eau usée (3780 litres) contiennent l’équivalent de 1,88 dollar de valeur sous forme d’engrais, de méthane, de compost ou d’eau potable.
© ullstein bild/Getty Images

Investissements durables

La terre polluée et l’eau usée, des placements bons pour la planète

La réhabilitation de zones industrielles désaffectées et le traitement des eaux souillées offrent du rendement financier avec une dimension durable

C’est peut-être le signe que le monde financier s’intéresse de plus en plus aux opportunités d’investissement liées à l’environnement. En un an, le prix des crédits carbone a plus que triplé, pour dépasser 20 euros la tonne. Ces permis d’émettre du CO2 dans l’Union européenne, destinés à favoriser les énergies renouvelables et qui peuvent être vendus de gré à gré ou sur les marchés, seront plus rares dès 2020, avec l’introduction d’une réforme du marché. Après dix ans de stagnation des cours à un niveau anormalement bas, le prix de la tonne de CO2 pourrait atteindre 40 euros d’ici cinq ans, selon une étude du think tank Carbon Tracker, pilotée par l’ancien directeur de la recherche sur le carbone de Deutsche Bank. D’autres investissements, plus insolites mais eux aussi bons pour la planète, offrent également du rendement financier «durable».

Dans deux ans, une ancienne friche industrielle située dans le 7e arrondissement de Lyon aura achevé sa transformation en 70 000 m2 de logements et de bureaux. Le site de 4,5 hectares, qui a longtemps abrité une usine du groupe d’électroménager Fagor-Brandt, a été dépollué par le fonds Ginkgo, d’Edmond de Rothschild Private Equity, qui l’a acquis en 2012 pour un investissement de plusieurs dizaines de millions d’euros.

Dépolluer, réaménager, construire

Le fonds intervient entre les propriétaires des sites pollués, qui n’ont souvent pas les moyens ou les compétences pour assurer une réhabilitation, et des promoteurs immobiliers qui ne souhaitent pas prendre le risque environnemental lié à ce genre de projet.

«Généralement, le budget pour la dépollution, le réaménagement et la participation aux équipements publics atteint au minimum la moitié de la valeur du terrain, parfois beaucoup plus, selon l’emplacement et l’ampleur de la réhabilitation à effectuer», décrit Guillaume Ribet, cogérant du fonds, qui s’attend à réaliser une performance financière à deux chiffres sur ce projet.

Retrouvez tous les articles consacrés à notre cause du mois: L’économie inclusive

A mi-chemin entre du private equity (l’investissement dans des actifs non cotés en bourse) et un fonds immobilier, la stratégie de Ginkgo vise des rendements élevés, mais aussi un impact environnemental et social marqué. «Nous évitons d’étendre les villes et de détruire des terrains agricoles, en transformant d’anciennes zones industrielles polluées. Ces sites sont souvent situés en centre-ville ou en proche périphérie, ils peuvent être abandonnés, voire dangereux, alors qu’ils sont proches des lieux d’habitation», poursuit Guillaume Ribet. L’objectif est aussi d’apporter des logements et des bureaux à proximité d’infrastructures publiques déjà existantes, souvent dans des quartiers en mutation, où l’activité économique est forte, mais les terrains constructibles peu disponibles.

Lire aussi: Comment nous avons perdu le combat contre le changement climatique

«Le savoir-faire industriel est la clé du succès»

«La prise en charge de ces sites est complexe, elle nécessite des savoir-faire techniques en urbanisme, en immobilier, en aménagement, en matière d’environnement aussi. Le savoir-faire industriel est vraiment la clé du succès pour que ces projets soient rentables sans subventions», enchaîne Johnny El Hachem, responsable du private equity chez Edmond de Rothschild, l’un des partenaires fondateurs de Ginkgo avec la Banque européenne d’investissement, la Caisse des dépôts et consignations ou la Société fédérale de participations et d’investissement du gouvernement fédéral belge.

Depuis son lancement en 2008, la stratégie a investi dans une quinzaine de projets d’une durée de cinq à dix ans à travers deux fonds, de 80 et 160 millions d’euros respectivement. Ces opérations ont été situées principalement en France, en Belgique ou en Espagne, tandis que le marché anglais pourrait être une destination intéressante, relèvent les deux hommes. Ginkgo mène parfois les projets jusqu’à la phase de promotion immobilière, mais pas systématiquement.

Trading d’eaux usées

L’eau peut représenter une autre source d’investissements durables, même lorsqu’elle n’est plus potable. «Les eaux usées, qu’elles soient grises (issues des activités ménagères) ou noires (provenant des toilettes et pouvant donc contenir des germes dangereux), peuvent être transformées en eaux propres, en énergies renouvelables, en engrais ou en bio-ciments», expose Valérie Issumo, la fondatrice de Prana Sustainable Water, à Nyon.

L’assainissement de l’eau fait partie des 17 Objectifs de développement durable des Nations unies, qui prévoit aussi un accès universel à l’eau potable d’ici à 2030. Un tiers de la population mondiale n’a pas accès à des services d’assainissement et près de 700 millions de personnes restent privées d’eau.

Lire également notre éditorial: Finance durable: des paroles aux actes

Ancienne négociante de matières premières – de sucre en particulier –, Valérie Issumo veut appliquer aux eaux usées les techniques du trading, à commencer par la vente à terme. «Les fonds levés pourront être utilisés pour financer le réseau de collecte des eaux usées dans des pays émergents. Dans un système de crédit à l’envers, on avance l’argent au producteur pour qu’il équipe sa maison et il rembourse progressivement en fournissant sa matière première. Avec un maximum de 1000 dollars [l’équivalent en francs, ndlr], on peut équiper une maison», poursuit la jeune femme aux origines belge et congolaise. Ce système, qui peut devenir une source de revenu pour les ménages des pays émergents, serait selon elle plus efficace que le microcrédit pour élever le niveau de vie de ces populations.

Les progrès technologiques et l’augmentation des prix des ressources non renouvelables rendent les investissements dans les eaux usées encore plus attractifs

Valérie Issumo, ancienne négociante de matières premières

Le principe de base de ce projet, en cours d’élaboration: une eau usée contient de la valeur, y compris dans ses composants nocifs ou non désirés. Ainsi 1000 gallons d’eaux usées (3780 litres) contiennent l’équivalent de 1,88 dollar de valeur sous forme d’engrais, de méthane (utile pour produire de l’énergie), de compost ou d’eau potable, selon des calculs datant de 2010 effectués par Willy Verstraete, spécialiste de l’environnement à l’Université de Gand, en Belgique. «Depuis, les progrès technologiques et l’augmentation des prix des ressources non renouvelables rendent les investissements dans les eaux usées encore plus attractifs», poursuit Valérie Issumo.

Lire aussi: L’économie inclusive, ça s’apprend

Elle prend l’exemple de la séricine, une graisse présente autour du fil de soie, très recherchée en parfumerie et en cosmétique, et donc au coût élevé. «On peut imaginer de récupérer la séricine dans les eaux d’une usine de production de soie et la revendre. Les eaux usées peuvent avoir plus de valeur qu’une eau potable», conclut-elle très sérieusement.

L’idée de récupérer les composants «intéressants» des eaux usées vient d’être mise en application dans le canton de Fribourg. Gruyère Energie a dévoilé ce vendredi un projet d’utilisation de la chaleur des eaux usées sortant de la station d’épuration de Vuippens, un village proche de Bulle. Moyennant un investissement de 10 millions de francs, les 12 à 18 degrés de ces eaux retraitées seront captés par une installation de pompes à chaleur, avant d’alimenter jusqu’à 2500 appartements via un réseau de chauffage à distance à partir de 2021. De quoi réduire la consommation de mazout de 2,5 millions de litres par an et économiser 7750 tonnes de CO2, selon Gruyère Energie.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)