Cubist bat des records de vente avec son nouvel antibiotique Cubicin. Cette semaine, la jeune pousse américaine a annoncé que son chiffre d'affaires annuel avait doublé. Jamais un antibiotique n'avait été accepté aussi vite par le marché, s'enorgueillit la firme cotée sur le Nasdaq.

Ce succès a conduit LODH à revoir drastiquement ses perspectives sur Basilea, la jeune pousse bâloise qui développe le Ceftobiprole, un antibiotique destiné à concurrencer le Cubicin. Il devrait être commercialisé début 2007 si les tests cliniques se révèlent concluants.

«Nous doublons à 1 milliard de francs le chiffre d'affaires que le Ceftobiprole pourra générer à maturité», déclare Bob Poole, analyste chez LODH.

Sans avoir été l'objet d'une nouvelle évaluation, Arpida devrait bénéficier d'une tendance similaire. L'Iclaprim auquel travaille cette autre jeune pousse de biotechnologie à Bâle est destiné au même créneau. La commercialisation de cet antibiotique devrait intervenir en 2008, selon Arpida. La vague qui porte Cubist et qui devrait également profiter aux deux sociétés suisses est celle des «superbugs». Ce terme désigne les staphylocoques dorés résistants aux antibiotiques actuellement disponibles. Leur multiplication dans les hôpitaux (voir ci-dessous) explique l'intérêt suscité par la nouvelle génération d'antibiotiques.

Pfizer est aussi sur les rangs avec le Dalbavancin, en cours d'homologation aux Etats-Unis. Le géant pharmaceutique a obtenu ce produit en juin dernier en rachetant la jeune pousse Vicuron pour 1,9 milliard de dollars.

La rapidité avec laquelle les médecins prescrivent le Cubicin est une surprise. «Nous nous attendions à ce qu'il ne soit utilisé qu'en dernier ressort, après que les autres antibiotiques se sont révélés inefficaces. Or nous observons que beaucoup de médecins le préconisent immédiatement», explique Bob Poole. «Soit ils estiment tout de suite qu'ils ont affaire à un superbug. Soit ils ne veulent pas prendre le risque, en cas de décès du patient, d'être accusés d'avoir prescrit le mauvais médicament», ajoute-t-il.

LODH a passé son objectif de cours pour Basilea de 140 à 182 francs. Vendredi, l'action a gagné 4% après que Basilea a annoncé qu'un autre de ses produits en phase de test, l'antifongicide BAL8557, suscitait un intérêt «significatif» de la part de partenaires capables de le commercialiser. Basilea présente une capitalisation de 1,1 milliard de francs. Arpida, qui pèse 280 millions en Bourse, s'apprécie de 14,4% depuis le début de l'année.