Automobile

Tesla: Elon Musk présente des excuses et rassure les investisseurs

Ce mercredi, le patron de Tesla a joué l’humilité lors de la présentation des résultats du second trimestre, et annoncé une augmentation du rythme de production avec 7000 véhicules (tous modèles confondus) par semaine, soit 350 000 par an

Le constructeur américain de voitures électriques Tesla, habitué des polémiques autour de son médiatique patron Elon Musk, a rassuré mercredi sur sa production après de nombreux retards et confirmé espérer devenir «durablement» rentable cette année, ce qui a réjoui les investisseurs.

Habitué des coups de sang et critiqué pour son ton parfois jugé hautain, Elon Musk a, de plus, présenté ses excuses pour avoir été «impoli» avec des analystes qu’il avait sèchement éconduits début mai, une énième bévue qui avait entraîné une chute du titre le lendemain.

«Je voudrais présenter mes excuses pour avoir été impoli au cours de la dernière conférence téléphonique [de présentation des résultats début mai]», a-t-il déclaré lors de celle sur les résultats du second trimestre mercredi. Il avait qualifié les questions des analystes d'«ennuyeuses» et même indiqué qu’elles «l’emmerdaient». Il a expliqué que le manque de sommeil l’avait rendu irritable mais qu'«il n’y avait vraiment aucune excuse pour les mauvaises manières» usant d’un ton plus humble qu’à l’accoutumée.

Lire aussi: Elon Musk est-il hors de contrôle?

Ces excuses ont amplifié le bond du titre, qui prenait 9,16% à 328,70 dollars vers 1h45 jeudi (heure suisse) dans les échanges électroniques suivant la clôture. L’action avait déjà nettement avancé juste après la publication des résultats.

Des prévisions plus réalistes

«Une production hebdomadaire de 7000 véhicules (tous modèles confondus), soit 350 000 par an, devrait permettre à Tesla de devenir durablement profitable pour la première fois de notre histoire – et nous nous attendons à encore augmenter notre rythme de production au troisième trimestre», a indiqué le groupe, dont le dernier bénéfice net – de 22 millions de dollars – remonte à 2016.

«Après avoir atteint notre objectif de 5000 Model 3 par semaine, nous allons augmenter le rythme, avec l’objectif d’atteindre 6000 Model 3 par semaine d’ici fin août», a affirmé le groupe, qui a précisé vouloir atteindre 10 000 véhicules par semaine «le plus vite possible», peut-être l’an prochain.

Les retards de production du Model 3, dont le prix de base est de 35 000 dollars (environ 30 000 euros), avaient entraîné de longs délais d’attente pour les clients. Tesla accélère sa production «en améliorant l’utilisation de nos chaînes existantes et en faisant des améliorations ciblées pour régler les goulets d’étranglement, plutôt que de construire de nouvelles chaînes, l’approche la plus cohérente financièrement», dit encore le groupe d’Elon Musk. L’entrepreneur avait décidé récemment de dormir dans sa propre usine pour diriger et augmenter la production du Model 3.

Lire aussi: Tesla tient le choc face à la concurrence. Mais pour combien de temps encore?

«Notre première impression est positive», a estimé l’analyste Efraim Levy, de CFRA Research, disant apprécier la modestie des prévisions qui semblent plus réalistes que d’habitude. «Peut-être que c’est le reflet d’un Elon Musk plus prudent», a-t-il ajouté. Le groupe avait évoqué il y a deux ans viser une production de 500 000 voitures par an en 2018, alors que celle-ci n’atteignait même pas 100 000 en 2017. Tesla s’attend à produire de 50 000 à 55 000 Model 3 au troisième trimestre.

Une entreprise malmenée en bourse

Au deuxième trimestre, la trésorerie est restée dans le rouge, présentant un déficit de 739,5 millions, alors que les analystes tablaient sur environ
-900 millions après 1 milliard au premier trimestre.

Lire aussi: Tesla supprime 9% de ses effectifs dans l’espoir de devenir rentable

Les flux de trésorerie disponible, qui mesurent la capacité d’une société à financer ses investissements, s’élèvent eux à 2,24 milliards de dollars, ce qui éloigne à court terme le spectre d’une levée de nouveaux capitaux. Elon Musk a assuré qu’il ne devrait pas avoir besoin de lever des fonds. Tesla est régulièrement malmené en Bourse, souvent à cause des frasques de son patron.

Habitué des polémiques, notamment via Twitter dont il est très friand, Elon Musk avait dû s’excuser récemment après avoir traité de «pédophile» un spéléologue britannique qui avait aidé au sauvetage d’enfants pris au piège dans une grotte en Thaïlande. Cet épisode avait conduit certains analystes à s’interroger sur son équilibre mental et sa capacité à diriger son groupe.

Au deuxième trimestre, l’entreprise californienne a plus que doublé sa perte, à 717,5 millions de dollars. Le chiffre d’affaires est ressorti un peu au-dessus des attentes, à 4 milliards de dollars (+43%).

Publicité