Il n’est qu’à quelques mètres, prêt à relever le défi. Dans le hall sud du Centre des conventions de Los Angeles, Jaguar a placé l’I-Pace, son premier véhicule 100% électrique, juste en face du stand Tesla. Le constructeur britannique a profité du Salon de l’auto de Los Angeles, qui a fermé ses portes dimanche 10 décembre, pour présenter son crossover, rival annoncé du Model X. Lancement à l’été 2018 pour un prix «comparable à la concurrence», dit-on chez Jaguar.

Compétition entre BMW et Chevrolet

Signe des temps, quasiment tous les constructeurs présents en Californie avaient dans leurs bagages au moins un modèle hybride ou électrique. En s’enfonçant dans le hall sud, le visiteur a pu découvrir ce que BMW et Chevrolet – la compétition la plus sérieuse pour Tesla aujourd’hui – avaient à offrir.

Le constructeur allemand a déclaré avoir dépensé 5,1 milliards d’euros (près de 6 milliards de francs) en 2016 en recherche et développement. A côté de l’i3, sur le marché depuis 2013, BMW a exposé son Roadster i8 décapotable hybride, compagnon du Tesla Roadster (200 000 dollars) dans le très haut de gamme.

Elon Musk sait que sa marque ne peut pas se contenter du luxe. Sauf que les retards liés à «l’enfer de la production» du Model 3, comme le décrit le milliardaire, pourraient détourner les clients potentiels vers la Chevy Bolt EV (36 000 dollars). Avec une autonomie de 380 km, elle fait mieux que le Model 3 et bénéficie des infrastructures de la maison mère, General Motors.

«Voiture verte 2017»

D’après un décompte du site InsideEVS, GM en a vendu 20 070 entre janvier et novembre 2017. Soit un peu moins que le Model S (22 085) mais en hausse constante sur l’année. Et l’américain prévoit de lancer 20 nouveaux modèles électriques d’ici à 2023.

Comme un symbole, la Bolt EV a été élue «voiture verte 2017» l’an dernier alors que le Model 3 ne faisait même pas partie des finalistes cette année. «Tesla a été invité», explique Ron Cogan, rédacteur en chef du Green Car Journal qui remet le prix. «Ils ont décliné. Ils n’avaient pas de voiture à nous faire tester. Ils ont d’autres priorités en ce moment», précise-t-il.

Mercedes (11 milliards de dollars d’investissements d’ici à 2025), Ford (40% de ses véhicules «électrifiés» en 2020), Volkswagen (son SUV I.D. Crozz, présenté à Los Angeles, doit arriver sur le marché américain en 2020), Nissan (225 km d’autonomie pour la Leaf 2018) ou encore Toyota (l’hydrogène plutôt que la batterie électrique pour la Mirai) ont tous affiché leurs ambitions dans le secteur. Un secteur qui, malgré l’attention médiatique, ne représente que 1% du marché global (1,5% aux Etats-Unis). Des start-up considèrent donc qu’elles y ont leur place.

Lucid, le nouveau Tesla?

La plus crédible du moment s’appelle Lucid, avec Air, un bolide au vaste intérieur capable de passer de 0 à 100 km/h en 2,5 secondes. Vu le design, la comparaison avec Tesla est inévitable, d’autant que son directeur de la technologie y a été chef ingénieur. Mais on assure chez Lucid regarder plutôt vers l’Allemagne pour la concurrence (modèle standard à 85 000 dollars).

«La technologie électrique est simple à reproduire», explique au Temps Eddie Alterman, rédacteur en chef de Car and Drivers Magazine. «Musk n’en a pas le monopole. Si Lucid ou un autre constructeur trouvent le bon design, le bon prix et, plus important, la bonne histoire à raconter, il a ses chances.»

Lire aussi: La Norvège ralentit son soutien aux voitures électriques

Mais le financement d’une usine à 700 millions de dollars en Arizona pose question. Une situation qui évoque celle d’une autre start-up ambitieuse, Faraday. Son usine dans le Nevada est au point mort faute d’argent et son modèle FF91 très loin d’une mise sur le marché.

La concurrence vient aussi de Chine, dont l’espoir est de devenir le marché numéro un pour les véhicules électriques. La LeSee du groupe LeEco pourrait ne rester qu’un énième concept-car, mais la EP9 de Nio, start-up soutenue par le géant Baidu, a battu le record de vitesse pour un véhicule électrique. La marque développe aussi un modèle familial.