Automobile

Tesla joue son avenir en dévoilant son Model 3 à 35 000 dollars

Le constructeur californien a présenté sa future berline compacte destinée à un plus large public, avec un prix d’appel annoncé de 35 000 dollars (33 622 francs). Tesla dit avoir enregistré plus de 115 000 commandes

Pour Elon Musk, la course contre la montre est lancée. Le fondateur et directeur de Tesla, qui présentait vendredi matin sa nouvelle voiture électrique à 35 000 dollars, sait que chaque jour compte. Ces prochains mois, plusieurs constructeurs automobiles historiques, tel GM, lanceront des modèles dans cette gamme de prix, voire moins cher. C’est pour faire patienter des consommateurs intéressés qu’Elon Musk a dévoilé son Model 3, dont les premières livraisons ne sont attendues que fin 2017 aux Etats-Unis et 2018 en Europe.

Lire aussi: Tesla lance la voiture autonome en Suisse, nous l’avons testée

Des livraisons dans un an et demi, voire deux ans, mais déjà 115 000 précommandes en une heure, et 134 000 après deux heures, affirmait vendredi matin Tesla. Les futurs utilisateurs ont dû verser une avance de 1000 dollars par véhicule. Ce qui a incité certains analystes à comparer cet engouement à celui constaté lors de la sortie de certains iPhone. Mais il y a aussi des raisons financières: comme le rapporte l’agence Bloomberg, l’acquisition très tôt d’un modèle peut permettre, aux Etats-Unis, d’économiser jusqu’à 7500 dollars, notamment via des aides fédérales. Or le programme pour acheter des véhicules électriques va bientôt prendre fin. «Il sera très important de voir le nombre de réservations l’été prochain. Si ce nombre dépasse les 250 000 à cette époque, Tesla va très certainement réussir le lancement de sa voiture», selon un analyste de la société de recherche Cairn, cité par Quartz.

Le Model 3 fait partie de la stratégie en trois niveaux annoncée il y a dix ans par Elon Musk. D’abord lancer un modèle ultra haut de gamme de sport pour marché de niche (le Roadster), puis une voiture de luxe (le Model S) avant de tenter de se lancer dans une production de masse avec le Model 3. Elon Musk a d’ailleurs remercié les acquéreurs de ces deux modèles, affirmant que c’est grâce à eux que Tesla a pu financer le développement du Model 3.

346 kilomètres d’autonomie

Cette voiture grand public, capable de transporter cinq passagers, devra avoir comme premier prix 35 000 dollars, contre plus du double pour les modèles actuels. Vendredi, Wired notait que lorsque Elon Musk avait présenté le modèle S en 2009, il évoquait un premier prix de 57 400 dollars. Aujourd’hui, son prix de départ est de 70 000 dollars.

Le Model 3 sera doté d’une autonomie lui permettant de parcourir au moins 346 kilomètres entre deux charges. D’ailleurs, le nombre de bornes spéciales («superchargers») devrait doubler d’ici à fin 2017 pour atteindre les 7200 unités sur la planète. Il y a actuellement 11 «superchargers» en Suisse. Le nombre de stations normales de recharge doit atteindre les 15 000 unités à cette date.

Avis divergents

Le modèle de base sera capable d’accélérer de 0 à 60 miles par heure (soit 97 kilomètres/heure) en moins de six secondes. Il sera bien entendu équipé des systèmes de pilotage semi-automatique existant déjà sur les modèles actuels et disposera d’un coffre à l’arrière, plus d’un espace de stockage à l’avant. Comme les modèles S et X (récemment lancé), le Model 3 sera doté un écran tactile de contrôle à l’avant, d’une diagonale de 15 pouces (contre 17 pour les modèles actuels). «Il y aura certainement un «effet wow!», car c’est Tesla. La société saura comment effectuer le marketing autour et je n’ai aucun doute que ce sera un succès», selon un analyste de KPMG cité par Wired.

Mais l’enthousiasme n’est pas général. «Les ventes du Model S ont ralenti et le Model X se transforme en déception et rien de nouveau n’apparaîtra avant que le Model 4 ne sorte, sans doute pas avant mi, fin 2018, selon un gérant de hedge fund cité par le «Los Angeles Times». Le Model 3 ne va pas sauver Tesla. Il va précipiter la fin de la société.» Certains analystes s’inquiètent des coûts de production des voitures, mais aussi des batteries, malgré l’ouverture attendue de la Gigafactory dans le Nevada.

Décupler les ventes

Désormais, le défi, pour Tesla, sera de passer à une production de masse. En 2015, la société a écoulé 50 580 véhicules sur la planète, pour 100 000 modèles actuellement en circulation. Elon Musk vise les 500 000 voitures produites par année aux alentours de 2020. Tesla, fondé en 2003, s’est aussi fixé comme objectif de devenir bénéficiaire cette année, alors que ses pertes se sont élevées à 889 millions de dollars l’an dernier. Les réserves de cash et équivalents s’élevaient à 1,2 milliard de dollars fin 2015, contre 1,9 milliard un an auparavant.

Lire aussi: Tesla a commencé à vendre ses batteries Powerwall en Europe

Lire aussi: Tesla promet d’être bénéficiaire en 2016


La Chevrolet Bolt, concurrente la plus sérieuse

Face à la Model 3 de Tesla vont se dresser plusieurs modèles. Il y aura d’abord la voiture Chevrolet Bolt EV de General Motors, qui doit être commercialisée d’ici à la fin de cette année.

Son autonomie sera d’environ 300 kilomètres et son premier prix, sans les subventions, sera d’environ 37 500 dollars. Elle pourra transporter cinq personnes. General Motors aura, face à Tesla, l’avantage d’avoir un plus grand réseau de distribution, avec a priori deux tiers de ses 3000 concessionnaires du réseau Chevrolet (environ 100 pour Tesla) qui vendront la Bolt aux Etats-Unis.

En 2015, le modèle de voiture électrique le plus vendu en Europe a été la Renault Zoé, avec 18 727 immatriculations. Elle coûte environ 24 000 francs, prix de location de la batterie en sus, pour une autonomie d’environ 210 kilomètres.

De son côté, Hyundai lancera son modèle Ioniq, doté d’une autonomie d’environ 170 kilomètres, cet automne. Et Audi devrait suivre avec un modèle SUV électrique en 2018, alors que Nissan développe le modèle Leaf. De son côté, Elon Musk, directeur de Tesla, estime que sa future Model 3 entrera davantage en concurrence avec l’Audi A4 ou la BMW Serie 3. BMW, justement, commercialise déjà son modèle i3 pour environ 45 000 francs. Son autonomie est d’environ 160 kilomètres, mais le fabricant allemand affirme travailler à une autonomie plus importante pour les prochains mois.

Publicité