Automobile

Tesla et les voitures autonomes s'offrent une victoire capitale

Le fabricant de voitures électriques a été reconnu non coupable dans le cas d’un crash mortel. Mais les autorités américaines appellent Tesla à mieux communiquer avec ses clients

C’est une victoire capitale que vient de remporter Tesla. Et, au-delà du fabricant de voitures électriques haut de gamme, c’est toute l’industrie automobile qui sera affectée par une décision rendue jeudi soir par les autorités américaines. Celles-ci ont publié un rapport blanchissant Tesla dans un crash mortel survenu le 7 mai 2016 en Floride. Le conducteur d’une Tesla Model S, dont le système Autopilot était activé, avait perdu la vie lors d’une collision avec un semi-remorque.

Révélé en juillet 2016, l’accident avait jeté une ombre sur Tesla. Le conducteur était un utilisateur assidu du système Autopilot, qui laisse par exemple la voiture rouler seule en suivant le marquage sur la route et détecter les véhicules aux alentours. Le conducteur, qui publiait souvent des vidéos de sa voiture sur Twitter, regardait semble-t-il un film de Harry Potter lors du crash – c’est ce que le chauffeur du camion, indemne, avait constaté après l’accident. Le conducteur de la Tesla n’avait par conséquent pas vu le camion blanc de 18 roues traverser la route et le système Autopilot avait apparemment été aveuglé par le soleil.

Aucun rappel exigé

Mais en fin de compte, la responsabilité en venait au conducteur, a conclu le NHSTA, le régulateur américain chargé de la sécurité routière. Selon lui, «il n’y a pas de preuve qu’il y ait un défaut au logiciel». Les enquêteurs «n’ont pas identifié de défaut ni sur la conception ni dans la performance des systèmes de freinage d’urgence d’Autopilot ni d’incidents au cours desquels ces systèmes n’ont pas fonctionné correctement». La responsabilité en revient au conducteur, qui aurait dû voir le camion sept secondes avant le choc. Du coup, l’enquête est close et aucun rappel de véhicules n’est exigé.

Immédiatement, Elon Musk, directeur du constructeur, a mis en avant sur Twitter un autre aspect du rapport du NHSTA: les conducteurs de Tesla qui activent la fonction Autopilot ont 40% d’accidents en moins que les autres. Selon les statistiques de la société, ces conducteurs ont 0,8 accident par million de miles parcourus, contre 1,85 accident pour les conducteurs de voitures sans Autopilot. Les conclusions du NHSTA sont un feu vert «non seulement pour Tesla, mais pour toute l’industrie des voitures autonomes», selon Hod Lipson, professeur d’ingénierie mécanique à l’Université de Columbia, cité par le «Los Angeles Times». Selon lui, «oui les voitures autonomes auront des accidents, mais moins que les humains. Et contrairement à eux, ces voitures vont s’améliorer en permanence, réduisant chaque mois le nombre d’accident par mile parcouru».

Avertissement à Tesla

Un avis partagé par Dave Sullivan, analyste auprès de la société de consultant AutoPacific, cité par Bloomberg: «L’industrie automobile est vraiment soulagée. Cela aura pu avoir un effet boule de neige en rendant responsables les constructeurs à cause d’erreurs humaines.»

Mais il demeure des obstacles pour les voitures autonomes. Car dans son rapport, le NHTSA avertit Tesla: «L’appellation Autopilot «donne une fausse idée aux conducteurs sur les capacités de la voiture». «Un conducteur ne devrait jamais attendre que s’opère le freinage automatique lorsqu’il perçoit un risque de collision», écrit l’agence.

«Marketing agressif»

Depuis l’accident, Tesla affirme avoir pris des mesures. Autopilot est désactivé lorsque la voiture détecte que le conducteur ne porte aucune attention à la route. Et l’amélioration des logiciels, des radars et des caméras effectuée ces derniers mois aurait permis d’éviter l’accident intervenu en mai, selon Elon Musk. Reste que Tesla et ses concurrents demeurent sous pression. Cité par «Bloomberg», un responsable du groupe californien Consumer Watchdog affirmait que le «NHTSA a fait l’erreur d’accepter la ligne de défense de Tesla et d’accuser le conducteur, au lieu de mettre en cause la technologie Autopilot et le marketing agressif de Tesla».


Lire aussi:

Publicité