Il y eut le test d’une machine à café connectée à Internet. Puis d’ampoules pilotées par smartphone. Ou encore la mise à l’épreuve d’un accessoire permettant de mesurer à distance la consommation d’eau de sa douche. Les objets connectés se multiplient autour de nous. Aujourd’hui, c’est un thermomètre relié à Internet que nous testons. Le capteur ThermoPeanut de la société française Sen.se a été lancé à la fin de 2016, mais il pourrait actuellement rendre service alors que la canicule s’installe.

De prime abord, l’appareil séduit par plusieurs de ses caractéristiques. Le prix, pour commencer, puisqu’il ne coûte que 30 francs – c’est très peu pour un appareil connecté à Internet. Ensuite, c’est son look qui plaît. Le thermomètre est minuscule, de la taille d’une coque de cacahuète – d’où certainement son nom. Il pèse seulement une dizaine de grammes.

Installation ultra-simple

Difficile, voire impossible de faire plus simple pour la mise en route de ce capteur, livré dans une toute petite boîte transparente. Il suffit de retirer la petite languette de plastique insérée dans le capteur, de télécharger l’application gratuite idoine (pour iOS et Android), puis d’activer Bluetooth sur son smartphone. Immédiatement, le téléphone reconnaît le thermomètre. Suit une mise à jour du logiciel du capteur qui dure moins d’une minute. Le ThermoPeanut est ensuite prêt à l’emploi.

Le capteur va donc communiquer via Bluetooth avec son smartphone. Les deux appareils ne doivent du coup pas être trop éloignés l’un de l’autre, avertit la société: maximum 60 mètres. Il faut respecter cette distance pour afficher la température en direct. Mais l’appareil, connecté ou non, prend des mesures à intervalles réguliers: toutes les trois, dix, quinze, trente ou soixante minutes. Plus la fréquence est élevée, plus cela sollicitera la batterie. Cette batterie est une pile dont la durée de vie est d’environ six mois.

Alertes sur smartphone

L’utilisateur définit donc la fréquence des mesures, mais aussi les limites basse et haute. Si la température est en dehors de cet intervalle (par exemple entre 17 et 25 degrés), une alerte sera envoyée au smartphone, lorsqu’il sera à portée du capteur.

Comparaison faite avec des thermomètres classiques, les mesures sont fiables et précises. On apprécie de pouvoir voir, sur l’écran de son téléphone, l’évolution a posteriori de la température dans une pièce (cela peut aussi être un frigo, etc.). Pour quel usage concret? Cela permet par exemple de vérifier s’il ne fait pas trop chaud, la nuit, dans la chambre de son enfant.

D’autres accessoires à petit prix

Il est possible de consulter la température lorsque l’on se trouve à plusieurs kilomètres de son capteur: en le reliant à un smartphone – ou à une tablette –, lui-même connecté à Internet. Ce n’est donc pas très pratique, mais c’est possible.

L’application permet de gérer plusieurs ThermoPeanut et de les faire sonner lorsque l’un d’entre eux a été égaré. Un petit système pour accrocher au mur le capteur est fourni d’office avec l’appareil.

Ce n’est pas le seul capteur commercialisé par la société Sen.se. Elle propose un accessoire, dont l’apparence est en tout point similaire, pour mesurer son sommeil (SleepPeanut, aussi pour une trentaine de francs). Mais également un accessoire pour surveiller ses affaires (GuardPeanut, même prix). Un autre accessoire, qui permettra de ne pas oublier de prendre ses médicaments à des heures régulières, est en cours de développement.