Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les capteurs photo de l'iPhone X sont très bons, notamment pour les portraits. Mais certains filtres ne donnent pas toujours de si bon résultats.
© DR

Test

Notre test: l’iPhone X excelle pour l’image, mais il n’est pas parfait

Le dernier-né d’Apple propose des capteurs photo de haute qualité et un écran irréprochable. Face ID fonctionne plutôt bien, mais l’absence de bouton physique impose une gestuelle parfois compliquée

Que vaut l’iPhone X? Présenté le 12 septembre, en vente depuis le 3 novembre, le dernier-né d’Apple a totalement éclipsé l’iPhone 8, lancé le 22 septembre. Et pour cause, le modèle X a été présenté comme le nec plus ultra par la société américaine, constituant une base pour les années à venir. Apple nous a prêté le modèle X depuis lundi dernier, voici nos impressions.

D’abord, une précision sur le prix. La version avec 64 Go de mémoire coûte 1199 francs, celle avec 256 Go 1389 francs. Vu les capacités de l’appareil pour la photo, il est quasiment obligatoire de s’orienter vers la version la plus chère, si l’on décide de craquer pour ce téléphone.

L’écran

Plus de bouton central, plus de bande noire sur le haut (hormis un décrochement noir, peu élégant, pour le capteur photo et le haut-parleur), l’écran occupe désormais presque toute la face avant de l’iPhone. Le résultat est excellent si on le compare à l’iPhone 7: ce dernier offre, pour une hauteur de 138 mm, un écran d’une diagonale de 4,7 pouces. Pour 144 mm de haut, l’iPhone X possède un écran de 5,8 pouces de diagonale (14,7 cm), il est même plus grand que celui des modèles «Plus». C’est remarquable, alors que son poids (174 grammes) est de 14 grammes plus léger que le modèle 7 Plus.

L’écran est horriblement fragile, ont immédiatement averti des sites de tests spécialisés. Il faut obligatoirement acheter une coque de protection, aussi pour la face avant, ce qui fait évidemment perdre au téléphone de sa superbe. L’écran n’est plus LCD, mais OLED. Fourni par Samsung, il figure désormais parmi les références du marché. Si sa résolution n’est pas la meilleure en comparaison avec les autres smartphones, la luminosité et le contraste sont sensiblement meilleurs par rapport au modèle 7. On remarque aussi, en étant attentif, que les noirs le sont davantage. Et l’on commence à atteindre les limites de l’œil humain…

La photo

L’iPhone X excelle pour la photo. Plus besoin d’acquérir un modèle «Plus» pour avoir un double capteur photo, le voici intégré dans le modèle «X». On adore ainsi le mode «portrait» avec le fond flouté. Le capteur est très fin mais pas totalement parfait, certains cheveux des modèles se confondant avec le fond. Mais c’est du détail: réaliser des photos portraits avec ce téléphone est un véritable plaisir.

Le rendu des couleurs est excellent, le smartphone est bon lorsque les lumières sont basses. Apple a ajouté plusieurs modes pour les portraits, tels qu’«éclairage des contours» ou «éclairage de scène mono». La mise en valeur des contours fonctionne bien, mais le détourage effectué pour l’éclairage de scène ne produit pas toujours des résultats convaincants. On est souvent loin des images utilisées par Apple pour ses publicités. Mais le logiciel de détourage va peut-être s’améliorer. Et parfois, le résultat, créé d’un clic, est bon. A noter aussi qu’il est possible de créer très facilement des décors avec un fond artificiel dans l’application Clips.

Face ID

«Touch ID» (l’utilisation du doigt pour déverrouiller le téléphone) est remplacé par «Face ID», qui détecte le visage via plusieurs capteurs. Cela commence très bien: une configuration en moins de 20 secondes et une détection du visage même avec des lunettes ou un bonnet. Mais le système n’est pas 100% parfait: il arrive qu’il faille regarder plusieurs fois le téléphone pour que «Face ID» s’active, même dans des conditions optimales.

La disparition du bouton central a une conséquence: apprendre de nouveaux gestes. Pour quitter une application ou revenir à l’écran d’accueil, il faut glisser le doigt de haut en bas. Pour afficher le centre de contrôle, il faut le glisser depuis en haut, à droite. Pour revoir les notifications, il faut partir du haut à gauche. Il y en a d’autres, que l’on découvre petit à petit.

Après une semaine d’utilisation, l’on constate que le système n’est pas parfait. Lorsqu’on balaie l’écran de bas en haut, il arrive que l’on touche par erreur la touche «micro», par exemple, lorsque l’on rédige un e-mail. Auparavant, «Touch ID» permettait d’avoir immédiatement son téléphone opérationnel en appuyant sur le bouton d’un doigt, lorsqu’on prenait le téléphone dans la poche. «Face ID» est un peu plus contraignant et impose de glisser le doigt de bas en haut tout en regardant l’écran. Ce sont a priori des détails. Mais même si l’on s’habitue vite, le système demande plus de précision qu’auparavant.

Et le reste…

Les «animojis», un panda ou un cochon qui reproduisent nos mimiques, sont du gadget mais fonctionnent extrêmement bien. La batterie est censée être meilleure que le modèle 7: en une semaine, son autonomie nous a paru en tout cas au moins aussi bonne.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)