Parmi les noms cités comme repreneurs potentiels de Bally, celui du Texas Pacific Group (TPG) revient souvent. Cette société de participation, qui gère 4,5 milliards de dollars, est présidée par l'impétueux Dave Bonderman, dont le plus haut fait d'armes est d'avoir sauvé Continental Airlines de la faillite. TPG rachète généralement des entreprises en difficulté pour les «retourner» et les introduire en Bourse avec une forte plus-value. C'est ce que les Texans ont fait le mois dernier avec le fabricant italien de motos Ducati, passé sous leur règne du statut de moribond à celui de marque culte. TPG a profité de cette vague pour lancer une ligne de vêtements Ducati. En Suisse, le groupe texan a repris l'an dernier Landis & Gyr Communications à Genève, et mène au pas de charge sa restructuration. Un indice parle en faveur d'un intérêt de Texas Pacific pour Bally: les Américains ont récemment racheté la firme de prêt-à-porter J. Crew, et seraient également en chasse pour reprendre l'Italien Fendi.

T. M.