Rendez-vous a été pris avec Thomas Piketty dans son antre universitaire, à l’Ecole d’économie de Paris. L’auteur de Capital et idéologie (Ed. du Seuil) y enchaîne les entretiens. Dans le couloir, le panneau d’une récente conférence est calé… avec plusieurs volumes des éditions étrangères de son best-seller mondial, Le capital au XXIe siècle (Ed. du Seuil), traduit dans une quarantaine de langues.

Coup d’œil sur les pans de mur recouverts de livres d’histoire, de sociologie et de philosophie. «Ma démarche est plus proche d’un chercheur en sciences sociales, ou d’un historien que de celle d’un économiste au sens strict», justifie d’emblée Thomas Piketty, dont le livre est pourtant rempli de statistiques puisées aux quatre coins du monde et de comparaisons fiscales solidement étayées.