Credit Suisse devra être d’une «sélectivité impitoyable sur ce que fait [la banque] et, plus important encore, sur ce [qu’elle] ne fait pas». Ce message a été le premier que Tidjane Thiam a adressé aux collaborateurs en prenant, mercredi, ses fonctions à la tête de la deuxième banque suisse.

«Nous aurons besoin d’un bilan solide qui nous permettra d’affronter l’adversité», a déclaré le Franco-Ivoirien, dans un mémo consulté par plusieurs agences. «Choisir ce que nous faisons et ce que nous ne faisons pas, choisir où nous investissons notre capital et où nous ne l’investissons pas, seront des domaines sur lesquels je vais clairement me concentrer dans les semaines et les mois à venir», a expliqué celui dont la nomination, annoncée le 10 mars, a provoqué une hausse de 8% de l’action de Credit Suisse. Le nouveau directeur général a ajouté qu’il lui faudrait quelques mois pour comprendre comment la banque fonctionne et présenter ses plans. Il a également annoncé qu’il demanderait des conseils aux employés pour la rendre plus rapide, plus agile, tout en fonctionnant avec les standards éthiques les plus élevés.

A 52 ans, Tidjane Thiam succède à Brady Dougan, qui a dirigé la banque pendant huit ans. L’Américain a conduit la banque au travers de la crise, mais a déçu les investisseurs, le titre ayant perdu près de 70% depuis 2007. Mercredi, l’action a gagné 3,4%.

«On ne sait pas encore si l’arrivée de Tidjane Thiam correspond à une évolution ou une révolution», commente Alain Dupuis, gérant du fonds Oddo European Banks. Selon lui, Credit Suisse va restructurer sa banque d’affaires pour réduire sa taille et se rapprocher ainsi du modèle d’UBS. La restructuration s’annonce même «plus profonde qu’annoncé», d’après l’investisseur.

Outre le remaniement de la banque d’affaires, les analystes s’attendent à ce que l’ancien responsable de l’assureur britannique Prudential mette l’accent sur la gestion de fortune en particulier en Asie, où la croissance est plus dynamique. Le Franco-Ivorien pourrait également procéder à une augmentation de capital, qui atteindrait jusqu’à 13 milliards de francs, selon des analystes.

Né en Côte d’Ivoire, ayant en partie grandi au Maroc, Tidjane Thiam est diplômé de l’Ecole polytechnique et de l’Ecole nationale supérieure des mines de Paris. Il a commencé sa carrière chez le consultant McKinsey. Il a ensuite rejoint l’assureur britannique Aviva, puis Prudential, dont il prend la tête en 2009 pour devenir le premier Noir à diriger une des 100 plus grandes entreprises cotées à la bourse de Londres. Jugé sans faute par les analystes, son parcours a notamment vu l’action du groupe tripler sous sa direction. Entre-temps, il a aussi été ministre du Plan en Côte d’Ivoire avant le coup d’Etat de 1999.

La première apparition du nouveau directeur général devrait intervenir lors de la présentation des résultats semestriels de la banque, le 23 juillet prochain.