Le réseau social chinois, comptant 700 millions d’utilisateurs, dont 100 millions aux Etats-Unis, est dans l’incertitude la plus totale. Accusé, sans preuve publique, par Donald Trump d’être à la solde de Pékin – tout comme Huawei – TikTok devrait cesser ses activités américaines. Mais ce jeudi, l’administration Trump a décidé de reporter l’application du décret qui aurait interdit la plateforme de vidéos aux Etats-Unis peu après minuit.

Lire aussi: Instagram, plus que jamais la machine à cash de Facebook

Washington se plie ainsi à une décision d’une juge de Pennsylvanie qui estimait que le décret présidentiel du 6 août présentant TikTok comme une «menace à la sécurité nationale» des Etats-Unis devait être suspendu. Du coup, le réseau social chinois a affirmé: «Nous sommes impatients de parvenir à une solution qui réponde [aux] inquiétudes [de l’administration Trump] sur la sécurité.»

Car TikTok n’a désormais aucune idée de son avenir aux Etats-Unis et de la position de Joe Biden, président élu, à ce sujet. Ces dernières semaines, les rumeurs voyaient ByteDance, éditeur de TikTok, créer une nouvelle société impliquant le groupe informatique américain Oracle en tant que partenaire technologique aux Etats-Unis et le géant de la distribution Walmart en tant que partenaire commercial.

Lire encore: TikTok, l’application qui affole les moins de 16 ans et les sénateurs américains

Selon ce projet, Oracle et Walmart prendraient 20% des parts d’une société nommée TikTok Global, chargée des activités mondiales de la plateforme et dont le siège serait établi aux Etats-Unis. Mais aucun accord formel n’a été signé à ce sujet et ni Washington, ni Pékin n’ont donné leur feu vert. Il est donc tout à fait possible que l’ensemble de ces négociations tombent à l’eau prochainement.