L'administration Trump fait preuve de patience avec Tiktok. Le Comité sur l'investissement étranger aux Etats-Unis (CFIUS) a de nouveau accordé mercredi un délai supplémentaire d'une semaine à ByteDance, propriétaire chinois de l'application de vidéos légères TikTok, pour faire passer ses activités aux Etats-Unis sous pavillon américain. L'objectif: «laisser le temps d'examiner une proposition révisée récemment reçue par le Comité», a indiqué à l'Agence France-Presse (AFP) un porte-parole du secrétariat américain au Trésor, sans donner d'autre précision.

Ce nouveau délai, après celui de 14 jours accordé le 13 novembre, repousse la menace d'interdiction d'opérer aux Etats-Unis pesant sur TikTok.

Lire aussi: TikTok obtient finalement un sursis pour rester disponible aux Etats-Unis

L'avenir de TikTok est en effet en suspens aux Etats-Unis depuis les craintes sur la sécurité nationale soulevées par l'administration Trump à l'été. Donald Trump avait signé un décret le 14 août contraignant ByteDance à céder ses activités américaines sous 90 jours sous couvert de menace à la «sécurité nationale des Etats-Unis.»

Les pressions de l'administration Trump

Washington exige que ByteDance vende ses actifs aux Etats-Unis à des entreprises ou des investisseurs américains. Le réseau social, qui dément les accusations d'espionnage, avait proposé, selon des documents judiciaires consultés le 13 novembre, de créer une nouvelle société pour héberger ses activités américaines. Celle-ci serait co-détenue par le groupe informatique Oracle, en tant que partenaire technologique, le géant de la distribution Walmart, en tant que partenaire commercial, et les investisseurs américains de ByteDance.

Donald Trump avait donné son accord de principe en septembre à une première offre de ByteDance prévoyant qu'Oracle et Walmart prennent 20% des parts d'une société nommée TikTok Global, en charge des activités mondiales de la plateforme et dont le siège serait basé aux Etats-Unis.

Pour poursuivre la lecture: TikTok est déboussolé après la présidentielle

Mais des réticences avaient vite émergé, certains dans l'entourage du président américain jugeant que ByteDance garderait le contrôle de la nouvelle société. TikTok et ses alliés ont alors lancé une véritable offensive judiciaire pour résister aux pressions de l'administration Trump, qui s'est soldée pour le moment par des succès judiciaires.

Tout accord que conclura ByteDance avec Washington sera soumis à l'approbation de Pékin, qui impose des restrictions sur les exportations de technologies développées par des entreprises chinoises.