Malgré la baisse des marchés en octobre, les fonds de placement en actions ont enregistré un afflux d'argent sur le marché suisse. Selon les statistiques de Swiss Fund Data (SFD) publiées lundi, ils affichent des souscriptions de 90 millions de francs, qui réduisent marginalement les sorties subies depuis le début de l'année, à 6,899 milliards de francs. Il s'agit du troisième mois de collecte positive pour les fonds en actions depuis le début de la crise, en été 2007.

Les fonds en obligations continuent pour leur part de subir des retraits, - 1,608 milliard de francs en octobre. Il s'agit d'un chiffre élevé, mais loin des sorties mensuelles de 2 à 5,5 milliards observées à plusieurs reprises depuis l'été 2007. Mis à mal depuis la faillite de Lehman Brothers en septembre, les placements alternatifs subissent également des retraits: -49 millions. Ce sujet préoccupe l'Association suisse des fonds, qui a diffusé la semaine dernière un communiqué sur les mesures prises par ses membres.

Le besoin de sécurité des investisseurs se lit dans l'intérêt pour les fonds de marché monétaire: 1,447 milliard ont été placés en octobre dans ces instruments. Les fonds immobiliers affichent aussi un afflux important: 158 millions. Octobre se distingue notamment par l'augmentation de capital, d'un montant de 60 millions, du fonds romand Procimmo.

UBS toujours numéro un

Au niveau de la fortune des fonds, les effets de la crise continuent de se faire sentir. Celle-ci a baissé de 3,1% en octobre, un mouvement dû essentiellement aux marchés financiers. Après juin (-4,7%) et juillet (-5,4%), il s'agit de la troisième baisse la plus importante depuis le début de la crise.

Selon Lipper, UBS (26,5% de parts de marché) reste numéro un en Suisse, mais sa position s'érode. A la deuxième place, Credit Suisse est stable (19,9%). Le numéro trois, Pictet & Cie se renforce: ses parts de marché sont passées de 11,8% en septembre à 12,3% en octobre. Swisscanto (8,5%) gagne aussi du terrain, tandis que Julius Baer (3,9%) recule.

Au total, selon SFD, les encours des fonds en actions ont chuté de 41,7% en un an, en raison de la baisse des marchés et des retraits. Ceux des fonds en obligations se sont réduits de 28,0% et ceux des fonds d'allocation d'actifs de 22,2%. Les produits alternatifs se sont repliés de 9,4%, tandis que les fonds de marché monétaire ont progressé de 33,8% et les fonds immobiliers de 41,7%.