Derrière les excès immobiliers américains, il y a les banques. Elles maintiennent leurs guichets ouverts pour écouler leurs liquidités surabondantes, quitte à assouplir leurs critères de prudence. Un retournement du marché immobilier exposerait les spéculateurs à crédit et pourrait mettre les propriétaires sous pression. Les banques, qui vont accorder pour 2800 milliards de dollars d'hypothèques cette année vont-elles boire la tasse? Probablement pas, car 80% de ces prêts sont titrisés et transférés à d'autres acteurs. Principalement des compagnies d'assurances et des fonds de pension, selon le Wall Street Journal. Les hypothèques titrisées, ou «mortgage securities», rapportent un intérêt de l'ordre de 5,5%, contre 4,2% environ pour les obligations à dix ans du Trésor. Ce marché, en croissance de 61% depuis 2000, attire de plus en plus les investisseurs étrangers. L'encours qu'ils détiennent, 280 milliards de dollars à la fin 2004, a progressé de 26% l'année dernière.