Le Japon se montre anxieux de débloquer le dossier, vieux de 13 ans, de l'accession de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). De source japonaise, Pékin et Tokyo sont parvenus à un accord jeudi, à l'issue d'une rencontre entre les ministres japonais des Affaires étrangères Masahiko Komura et des Postes et télécommunications Seiko Noda, avec le ministre chinois du Commerce extérieur Shi Guangsheng. Cet accord - le premier conclu par la Chine avec un pays membre du G7 – sera formellement annoncé vendredi lors d'une rencontre entre le premier ministre japonais Keizo Obuchi, arrivé jeudi soir à Pékin, et son homologue chinois Zhu Rongji. Son contenu ne sera rendu public qu'à la prochaine rencontre à Genève du groupe de travail sur l'accession de la Chine à l'OMC, d'après un porte-parole de l'organisation. Le groupe aurait d'ailleurs dû se réunir en juin, mais en raison des conflits entre la Chine et les Etats-Unis (bombardement de l'ambassade chinoise par l'OTAN à Belgrade le 7 mai dernier, allégations d'espionnage nucléaire américain), le dossier a pris du retard et la réunion prévue n'a pas eu lieu.