Il semble partout. Et souvent là où il ne faudrait pas être. SoftBank a essuyé un nouveau revers. Le fonds d’investissement japonais a vu ce mois son investissement dans Didi s’effondrer alors que le concurrent chinois d’Uber a réalisé son entrée à la bourse américaine. Les pressions de Pékin pour y renoncer, puis les menaces de rétorsion ont provoqué une chute du titre de plus de 40%. A ce stade, la perte, pour SoftBank, n’est que comptable, mais elle s’élève à 4 milliards de dollars (environ 3,7 milliards de francs).