Tornos redresse la barre. Le fabricant prévôtois de machines-outils a réduit sa perte nette sur neuf mois, la faisant passer de 17,6 millions de janvier à septembre 2013 à 819 000 francs. Au niveau du troisième trimestre uniquement, le résultat est négatif alors qu’un bénéfice avait pu être dégagé au 2e trimestre.

Sur les neuf premiers mois, le chiffre d’affaires net a grimpé de 22,9% à 126,3 millions de francs, a indiqué mardi Tornos dans un communiqué. Les entrées de commandes sont aussi en nette progression (+28,7%) à 148,8 millions. Sur cette période, le résultat d’exploitation s’améliore à -834 000 francs, contre -15,1 millions lors des neuf premiers mois de 2013.

Sur le seul 3e trimestre, la perte nette s’élève à 1,37 million, contre 5,7 millions lors de la même période de 2013. Si le résultat s’est amélioré sur un an, il est moins favorable qu’au second trimestre où l’entreprise avait réussi à renouer avec les profits et à dégager un bénéfice net de 913 000 francs.

La perte nette trimestrielle est également plus élevée que celle attendue par les analystes sollicités par l’agence financière awp qui l’estimaient entre -1 et -0,5 million. A la bourse suisse, le titre gagnait quelque 2,6% dans les premiers échanges à 5,95 francs.

Au 3e trimestre, le chiffre d’affaires s’est monté à 36 millions de francs, contre 26,5 millions sur la même période de 2013. Le résultat est supérieur aux attentes des analystes. Les entrées de commandes trimestrielles (46,8 millions) sont également plus élevées que celles escomptées par les experts.

Production en Asie

«Les produits provenant de la propre production du groupe en Asie dans le segment du milieu de gamme, commercialisés depuis cet été et qui viennent compléter les produits haut de gamme fabriqués en Suisse, ont bénéficié d’un accueil positif de la part des clients», a précisé le fabricant prévôtois.

La constitution ciblée d’un réseau de sous-traitants respectant les exigences très pointues de Tornos en matière de précision nécessite plus de temps qu’initialement prévu, ajoute l’entreprise. «Malgré l’extension des capacités au moyen d’effectifs temporaires et eu égard à l’effet saisonnier, il n’a pas encore été possible de répondre entièrement à la hausse de la demande de fabrication».

Le carnet de commandes atteint 51,8 millions de francs, ce qui aura des répercussions jusqu’au 2e trimestre 2015, note Tornos.

Pour l’ensemble de l’exercice, le fabricant prévoit de dégager un résultat d’exploitation équilibré sur la base des normes comptables International Financial Reporting Standards (IFRS) et sur celles des Swiss GAAP RPC qui vont les remplacer.

Selon Tornos, ce changement comptable aura «un effet positif sur le résultat d’exploitation à hauteur d’environ 2,2 millions sur l’année». Comparé aux comptes présentés au 30 juin 2014, le bilan sera réduit à hauteur de 7,1 millions des frais de développement (actifs immatériels) et des avoirs d’impôts différés.

A la suite du changement de présentation des comptes, Tornos doit passer à un autre segment de cotation à la bourse suisse. Du «Main Standard» (cotation destinée aux sociétés désirant exploiter les marchés internationaux), il sera coté sur le «Domestic Standard» (qui convient particulièrement aux firmes s’adressant à des investisseurs nationaux).

Le 21 novembre sera le dernier jour de négoce de Tornos Holding sur le «Main Standard» et le 24 novembre le premier jour de négoce sur le «Domestic Standard».

Nombreuses restructurations

Tornos revient de loin, après de nombreuses restructurations. Fin octobre 2013, Tornos avait annoncé qu’il biffait encore une vingtaine de postes sur les quelque 380 qui restent sur le site de Moutier, déjà frappé en 2012 par près de 150 suppressions d’emplois. A fin juin, Tornos employait au total 570 collaborateurs.

Depuis le début de l’année, l’entrepreneur alémanique Walter Fust est le principal actionnaire de la société. Il détient une participation de près de 43%.