énergie

Total centralise son négoce à Genève

Le géant français transfère depuis Londres ses activités de trading dans le gaz naturel, totalisant 200 collaborateurs. Une décision motivée par une quête de stabilité et un accès au marché russe, selon les observateurs

Total aurait pu retenir Londres, ou opter pour Singapour ou Dubaï, hyper-attractives sur le plan fiscal. C’est pourtant à Genève que le géant énergétique français choisit de centraliser ses activités de négoce. Ainsi, quelque 200 collaborateurs en poste dans la City devraient rejoindre ces prochains mois la Cité de Calvin.

Le groupe a confirmé vendredi au Temps une information publiée par le site de la chaîne britannique Sky News. «Cela ne concerne que les activités de négoce de gaz naturel liquéfié (GNL), actuellement réparties entre Londres, Paris et Genève, et qui seront donc toutes désormais regroupées à Genève», où Total concentre déjà l’essentiel de ses activités de négoce (pétrole). «Cette décision est entièrement décorrélée du Brexit», tient encore à souligner la multinationale.

Brexit ou pas, une chose semble sûre: «La stabilité politique de la Suisse profite amplement à la place de négoce genevoise», observe Gilles Carbonnier, professeur d’économie à l’Institut de hautes études internationales et de développement (IHEID).

Lire aussi: Comment la Suisse est devenue un géant du trading de matières premières

En dépit d’un certain flou réglementaire

«La stabilité est un facteur décisif, en dépit de la cherté du franc et d’un manque de visibilité sur l’évolution des conditions-cadres», ajoute Patrick Gantès, secrétaire général du CRES (Centre de recherches entreprises et sociétés).

Ce flou réglementaire est lié au refus dans les urnes de la réforme sur la fiscalité des entreprises (RIE III) en 2017. Ainsi qu’à la révision en cours du droit des sociétés anonymes, qui imposerait davantage de transparence aux entreprises actives dans les matières premières. Reste que, dans sa dernière version du projet, la règle ne s’applique qu’aux activités d’extraction et non au négoce.

A ce sujet: Le négoce échappe pour l’heure à la transparence des paiements

Dans ce contexte et alors que Londres, Singapour ou Dubaï offraient des perspectives fiscales avantageuses, plusieurs sociétés ont menacé de quitter Genève. A commencer par Vitol, la deuxième entreprise suisse du secteur par chiffre d’affaires, derrière le géant zougois Glencore. Mais peu d’entre elles ont mis leurs menaces à exécution.

Lire également: Le négoce brandit la menace de délocalisation

Patrick Gantès ajoute que Genève reste attractive aussi parce qu’elle est un havre de diplomatie, en tant que siège des organisations internationales et onusiennes. «C’est un melting-pot de cultures et d’investisseurs, renchérit Michael Buisset, avocat associé du cabinet spécialisé dans le négoce HFW, avec une situation géographique centrale, au sein duquel les contacts sont aisés. Tandis qu’à Londres l’ambiance est morose et qu’à Singapour et Dubaï les débouchés se limitent à la clientèle asiatique, respectivement moyen-orientale.»

Lire aussi: Le départ d’Addax Petroleum est «une vengeance de Pékin»

Une porte vers la Russie et l’Iran?

De quoi faciliter les contacts avec des partenaires de poids comme la Russie – Gazprom, qui détient le monopole des exportations russes par gazoducs, couvre plus du tiers de la consommation européenne de gaz naturel. Ce, alors que les relations diplomatiques avec Londres sont en proie à une grave crise, depuis l’affaire Skripal.

«Les liens avec la Russie sont historiques, Genève a toujours été une place de négoce importante», souligne Patrick Gantès, ex-cadre d’Elf devenu Total. Dès les années 90, post-URSS, et à la faveur du rôle de facilitateur économique de la Suisse durant les années de guerre froide, des centaines de sociétés ont vu le jour sur l’Arc lémanique. En particulier dans le négoce de pétrole, avec Litasco (Lukoil) et Gunvor notamment. «Un scénario similaire pourrait à terme se produire avec l’Iran», note encore Patrick Gantès.

Lire enfin: Les Russes et la Suisse, une histoire d’amour faite de pétrole et d’argent

Total a d’ailleurs fait du gaz naturel liquéfié l’un de ses moteurs de sa croissance. Une stratégie qui s’est concrétisée l’été dernier le rachat des activités GNL d’Engie pour 1,5 milliard de dollars. Avec désormais une part de 10% du marché mondial et un volume annuel de près de 40 millions de tonnes par an d’ici à 2020, le géant français s’est hissé au deuxième rang de ce secteur, derrière le britannique Shell (70 millions de tonnes).

Publicité