Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les groupes Petrobras et Total, présents lors d'une conférence sur les hydrocarbures, le 24 octobre à Rio. /AFP

Brésil

Total s'implante davantage au Brésil, via Petrobras

A hauteur de 2,2 milliards de dollars, cet accord porte sur la prospection (droits d'exploration) et la production avec la participation du groupe français dans deux usines

Total a annoncé mercredi l'acquisition de droits d'exploration de Petrobras au Brésil et une participation de 50% dans deux usines de co-génération électrique.

«L'acquisition par Total des intérêts de Petrobras dans les actifs amont et aval représentera une valeur globale d'environ 2,2 milliards de dollars, composée de cash, de portage et de paiement conditionnels» a détaillé Total dans un communiqué diffusé mercredi soir, qui fait suite à l'alliance stratégique annoncée en octobre entre les deux groupes.

L'accord signé mercredi porte aussi bien sur la prospection (l'amont) que l'aval (la production) et couvre les opérations, la recherche et la technologie.

Il intervient alors que le géant brésilien, confronté à un endettement massif lié aux conséquences d'un vaste scandale de corruption politico-financier et à la chute des cours du pétrole, a annoncé récemment la réduction de 25% de ses investissements sur la période 2017-2021.

Lire aussi:Petrobras enregistre une perte record en 2015 

«Conjuguer leur expertise» sur l'offshore profond

Total «s'associera notamment à Petrobras sur deux licences de haute qualité du pré-sel du bassin de Santos, déjà riche en découvertes: la licence BMS-11, avec les champs dits "Lara" actuellement en développement, dans laquelle Total va acquérir un intérêt de 22,5% cédé par Petrobras, et la licence BMX-9, avec le champs de "Lapa" venant d'entrer en production, dans laquelle Total deviendra opérateur avec un intérêt de 35% cédé par Petrobras», précise le communiqué. Par ailleurs, Total offrira à Petrobras l'option de prendre une participation de 20% dans le bloc 2 d'exploration en offshore profond récemment obtenu au Mexique.

Les deux groupes pétroliers devraient «conjuguer leur expertise» de l'offshore profond pour développer des solutions techniques en commun.

Du côté aval, Total acquiera «une participation de 50% dans deux usines de co-génération électrique dans la région de Bahia», ainsi que «des capacités de transport par pipeline lui permettant de fournir en gaz les deux usines», ajoute le communiqué.

Un groupe français implanté au Brésil

En octobre, le PDG de Total, Patrick Pouyanné avait indiqué qu'il prévoyait d'annoncer «d'ici Noël» les premières mesures concrètes issues de la nouvelle alliance entre les deux groupes. «Ces accords vont considérablement renforcer la présence de Total au Brésil en nous donnant accès aux ressources remarquables du pré-sel et en nous permettant d'intégrer la prometteuse chaîne intégrée du gaz du pays», s'est-il réjouit, mercredi.

«Ce n'est pas une opération strictement transactionnelle, il s'agit d'un partenariat à travers lequel nous partageons les risques, tout en réduisant les coûts, sans compter les échanges de technologies», avait souligné en octobre le nouveau patron de Petrobras, Pedro Pariente.

Total et Petrobras participent déjà ensemble à 15 consortiums internationaux dans l'exploration et production, dont 9 au Brésil et 6 dans le reste du monde. Le groupe français est présent au Brésil depuis plus de 40 ans où il emploie plus de 2 500 personnes, dans cinq filiales.

Les députés brésiliens ont voté le 10 novembre une loi annulant l'obligation pour Petrobras de posséder au moins 30% dans tout consortium pour les immenses réserves pétrolières pré-salifères en eaux très profondes.

Dans la pratique, cette mesure doit permettre à des groupes étrangers de participer seuls à de prochaines enchères de réserves de brut pré-salifères. Ces riches gisements pré-salifères (pré-sel) de 149 000 km2 sont enfouis dans l'Océan Atlantique à environ cinq kilomètres de profondeur sous une épaisse couche de sel.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)