Les niveaux sont encore loin de ceux de l’avant-crise, il n’empêche que les Suisses cherchent toujours à faire des emplettes de l’autre côté de la frontière. «La tendance se renforce, à mesure que les pays voisins assouplissent les conditions d’entrée sur leur territoire», observe Rafael Lalive, économiste à l’Université de Lausanne (Unil).

En témoigne le quasi-doublement des achats par carte réglés par des Suisses la semaine dernière en Allemagne, avec près de 9 millions de francs de dépenses: «Cela coïncide avec la levée de l’obligation de présenter un test covid négatif pour les voyageurs séjournant moins de 24 heures en zone frontalière», relève le chercheur. Avec des collègues de l’Unil, de l’Université de Saint-Gall et du centre E4S (Enterprise 4 Society), il a mis au point un tableau de bord, baptisé «Monitoring Consumption Switzerland», permettant de suivre en temps réel les achats et retraits par carte de crédit et de débit des résidents suisses.