Les touristes allemands, contrairement aux Chinois, boudent la Suisse. Uniquement durant le mois de juin 2012, le nombre de nuitées «allemandes» dans les hôtels helvétiques a diminué de 96 777 unités, soit 19,4%, comparé à l’année précédente. La forte attirance des Chinois pour la Suisse (+ 13%) ne compense pas le désintérêt de nos voisins du nord, puisque 8071 nuitées chinoises supplémentaires ont été enregistrées.

«Nous savons par expérience que les hôtes allemands ou néerlandais, contrairement aux Français, sont particulièrement sensibles aux différences de prix», explique Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme. Le franc fort face à l’euro joue donc des tours au tourisme suisse. L’été dernier, lorsque le cours des changes était particulièrement défavorable aux touristes européens, les nuitées «néerlandaises» ont par exemple chuté de 21,5% (en août), alors que celles en provenance d’Italie ont diminué de 14%. Les nuitées «allemandes» avaient alors régressé de 13,5%.

Cette année, les visiteurs européens sont 13% moins nombreux qu’en juin 2011, ce qui confirme la tendance des six premiers mois de l’année (–11%). De janvier à fin juin le nombre total de nuitées (16,8 millions) a reculé de 3,7%, contre 2% en 2011. «Cela nous fait souci car le deuxième semestre, avec le début de la saison d’hiver, devrait confirmer cette tendance à la baisse d’un niveau comparable à celui de premier semestre», prévoit Véronique Kanel.

Seul un redressement économique de la zone euro pourrait, selon les milieux touristiques, renverser la tendance. Cette situation incite certains hôteliers à casser les prix, ce que déplore Christoph Juen, directeur d’Hotelleriesuisse. «Ces pratiques détériorent la situation bénéficiaire des établissements et ramènent les prix à un niveau de référence qu’il sera difficile de corriger par la suite», explique-t-il dans un communiqué. L’augmentation régulière du nombre de touristes chinois constitue l’un des aspects positifs des statistiques publiées lundi. Les hôtes chinois représentent 4,4% des nuitées, contre quelque 2% il y a deux ans.

Au cinquième rang

En nombre d’arrivées en juin, la Chine se situe au cinquième rang, et talonne la France, alors qu’elle occupait encore le neuvième rang l’an dernier. Véronique Kanel parle de «phénomène durable.» Les milieux touristiques constatent l’extension à de nouvelles régions chinoises de la tendance de réserver un voyage de groupe en Europe incluant un passage d’un ou deux jours en Suisse. Mais une autre forme de tourisme, plus long et en famille, ciblant la Suisse, apparaît. Il s’agit souvent d’un second séjour après un voyage en groupe. Les Chinois ont trois destinations préférées en Europe: la France, l’Italie et la Suisse.