Credit Suisse présente ses excuses, déplore une atteinte majeure à sa réputation, se sépare des deux responsables et promet que cela ne se reproduira plus. C’est un peu court pour clore cette affaire d’espionnage d’un directeur parti à la concurrence.