Trafigura renonce aux intermédiaires. D’ici à octobre prochain, les fameux «apporteurs d’affaires» – comme on les surnomme aussi dans le secteur des matières premières – devraient devenir de l’histoire ancienne pour la maison de négoce genevoise. C’est du moins ce qu’elle a assuré ce week-end dans une prise de position envoyée au Financial Times.

En mars, en marge du sommet des matières premières de Lausanne, Trafigura avait déjà évoqué, de manière confidentielle, son intention de moins recourir à ces individus au carnet d’adresses bien rempli. Un message qui faisait suite à plusieurs procédures judiciaires – en Suisse, aux Etats-Unis ou au Brésil – visant leur rôle dans l’attribution de certains contrats dans des pays riches en ressources naturelles.