Après Glencore, Trafigura. Le négociant privé genevois a fait part lundi d’une nouvelle stratégie pour acquérir du cobalt extrait par des mineurs artisanaux dans des conditions décentes. En août, son concurrent zougois avait fait une annonce similaire. Ces multinationales veulent s’assurer que ce métal, qui vient surtout de République démocratique du Congo (RDC) où se trouvent deux tiers des réserves mondiales, est propre.

Trafigura collabore avec une société appartenant à l’Etat congolais, EGC, et une ONG internationale, Pact. Le groupe suisse s’engage à financer EGC pour soutenir la création de mines artisanales contrôlées, de stations d’achat de minerais et la livraison de cobalt, contre un approvisionnement dédouané (aucun montant n’est communiqué). EGC doit s’assurer que le minerai est conforme aux règles de l’OCDE et Pact doit veiller à ce que ce soit le cas.