Considéré comme prometteur, ce traitement contre la maladie d’Alzheimer approuvé lundi par l’Agence américaine des médicaments (FDA) a été découvert en Suisse. C’est le premier médicament destiné à traiter cette maladie à bénéficier d’une autorisation de mise sur le marché aux Etats-Unis depuis 2003. L’Aduhelm, son nom commercial, est développé par la société pharmaceutique Biogen.

Si aujourd’hui le siège de cette dernière est installé à Cambridge, dans le Massachusetts, la firme a été fondée en 1978 à Genève par plusieurs scientifiques de nationalités différentes dont le biologiste suisse Charles Weissmann. En 2013, le laboratoire a installé le siège de ses activités internationales à Baar, dans le canton de Zoug.

Relire: Biogen produira des tonnes de médicaments à Soleure

et aussi: Jean-François Démonet: «Alzheimer n’est pas seulement un problème de personnes âgées»

Le nouveau traitement se base sur l’aducanumab, un anticorps monoclonal découvert par Neurimmune, une spin-off de l’université de Zurich, basée à Schlieren (ZH). En 2007, la société a signé un partenariat à hauteur de 386 millions de dollars avec Biogen pour le développement de ce traitement. Selon cet accord de licence, c’est à cette dernière que reviennent la production et la distribution du médicament.

Une production qui pourrait également se faire en partie en Suisse, sur le site construit par Biogen depuis 2016 à Luterbach (SO) pour un montant de 1,5 milliard de francs. Cette unité de production qui emploiera à terme environ 600 personnes, doit être mise en service cette année. Le 20 mai dernier, Biogen a obtenu de la part de Swissmedic une licence multiproduits pour son usine.

Un traitement qui doit faire ses preuves

Si la FDA a donné un premier feu vert à l’Aduhelm, Biogen doit encore conduire des essais post-autorisation. En cas d’absence d’effets positifs, cette autorisation accélérée de mise sur le marché pourrait être suspendue. Ce traitement est présenté comme le premier à s’attaquer à un des mécanismes identifiés de la maladie, et pas uniquement ses symptômes. L’aducanumab doit permettre de réduire l’apparition de plaques d’une petite protéine, la bêta-amyloïde, au niveau du cerveau des patients. Mais ses effets sont contestés.

En mars 2019, Biogen avait mis fin à l’étude de sa molécule. Un premier essai clinique avait mis en évidence une réduction des agrégats de bêta-amyloïde, mais une seconde étude n’avait pas permis d’en reproduire les effets. Toutefois, le laboratoire a tout de même fini par effectuer une demande d’approbation après une autre analyse de ces résultats. Selon la firme, son traitement est efficace à condition d’être pris dans des doses importantes sur une longue durée.

Lire également: Alzheimer, cette forteresse qui refuse de capituler

Un groupe d’experts avait tout de même recommandé à la FDA de ne pas approuver le traitement en novembre 2020. Malgré cette opposition et le coût du médicament, qui s’élèverait à 56 000 dollars par an et par patient, l’agence a estimé que l’Aduhelm peut offrir «un avantage thérapeutique significatif par rapport aux traitements existants.» Près de 6 millions de personnes souffrent de la maladie aux Etats-Unis et on dénombre entre 30 et 35 millions de malades à travers le monde. Toutefois, la recherche de traitement contre cette pathologie peine à avancer.

Une demande d’autorisation déposée en Suisse

Biogen a aussi déposé une demande d’homologation en Suisse à la mi-avril 2021 auprès de Swissmedic et auprès de l’Agence européenne des médicaments (EMA) en octobre 2020. «Même si le principe actif ne parvient pas à empêcher la formation de plaques de protéines, caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, le traitement peut contribuer à les réduire et éviter la mort de cellules nerveuses, ce qui ralentit sensiblement l’évolution de la maladie», estime dans une prise de position l’association Alzheimer Suisse.

Pour l’organisation, la décision de la FDA d’autoriser ce traitement tout en prenant en compte les interrogations soulevées par son efficacité est «responsable» et «redonne de l’espoir aux personnes atteintes de démence et à leurs proches». Près de 144 000 Suisses sont touchées par la maladie.

Avec cette autorisation, Biogen prend un pas d’avance sur ses concurrents parmi lesquels se trouve la firme lausannoise AC Immune. Cette dernière développe différents traitements contre la maladie, dont un vaccin qui est au début de ses essais cliniques.

Après cette annonce, le titre de Biogen a gagné 38,4% à Wall Street lundi, tout comme celui des autres entreprises pharmaceutiques travaillant sur Alzheimer. AC Immune terminait en hausse de 27,7%, Eli Lilly affichait un gain de 10%, quant aux cours d'Anavex Life Sciences et d'Axsome Therapeutics, ils augmentaient respectivement de 7,8% et de 6,3%. Reste à Biogen à prouver que son médicament est vraiment efficace pour s’imposer dans un marché dont les retombées se comptent en milliards.