La transition énergétique, si elle est bien menée, constitue une réponse crédible à la volatilité des prix du pétrole, du gaz et de l’électricité dans le monde. Elle réduira la dépendance des énergies fossiles dont les prix évoluent non seulement selon l’offre et la demande, mais aussi selon les aléas géopolitiques. Telle est la profession de foi exprimée mercredi par Fatih Birol, directeur de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), lors d’une table ronde, «Naviguer sur la transition énergétique», organisée dans le cadre de l’Agenda de Davos par le World Economic Forum (WEF).