Le groupe suisse de forage pétrolier en haute mer Transocean dévissait jeudi à la Bourse helvétique, après avoir plongé dans le rouge au troisième trimestre.

A 12h00, l’action chutait de 8,2% dans des marchés en légère hausse, signant ainsi la plus mauvaise performance de l’indice SMI.

Le groupe suisse a publié dans la nuit de mercredi à jeudi une perte nette de 71 millions de dollars (51,6 millions d’euros), après un bénéfice net de 368 millions un an plus tôt.

Parmi les éléments ayant pesé sur le groupe pendant la période sous revue, Transocean a notamment cité une perte de 78 millions de dollars liée à une opération de couverture pour se prémunir contre les risques de changes, dans le cadre de l’acquition du norvégien Aker Drilling.

Le groupe a également eu des dépenses de 9 millions de dollars dans le cadre de la catastrophe de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, qui avait provoqué une grave pollution dans le golfe du Mexique. Ces frais, indique Transocean, ne seront pas couverts par les assurances.

«Les coûts d’exploitation augmentent, alors que le chiffre d’affaires recule car le secteur du forage pétrolier en haute mer ne s’est pas encore rétabli», ont estimé les analystes de Vontobel dans une note.

Ces derniers ont également souligné que le résultat trimestriel de Transocean était loin du bénéfice de 262 millions de dollars anticipé par Vontobel.

L’élément exceptionnel de 78 millions constitue par ailleurs «une autre mauvaise nouvelle», ont-ils insisté.