Dans l’aviation, les mauvaises nouvelles s’enchaînent. Fin avril, le trafic aérien global avait chuté de 81% sur un an, selon la Société internationale de télécommunication aéronautique (SITA), une organisation internationale basée à Genève, qui vise à fluidifier les flux des passagers dans les aéroports. L’Association internationale du transport aérien (IATA), également basée dans le canton, a anticipé une baisse des revenus du secteur de 314 milliards de dollars en 2020, une chute de 55% sur un an. A cause de la pandémie.

Les compagnies bénéficient cependant d’aides étatiques massives pour les aider à relancer leurs activités. Comment, cependant, imaginer la reprise en respectant les nouveaux standards de sécurité – deux mètres de distance par exemple – dans les aéroports et les avions? Le secteur peut-il à nouveau accueillir des hordes de voyageurs, comme en 2019? Entretien avec Barbara Dalibard, directrice générale de la SITA.