Paquets

Le transporteur Planzer va concurrencer La Poste

L’entreprise de transport zurichoise veut se lancer dans le marché en pleine croissance de la distribution de colis dès 2018. Elle embauche 300 personnes et a acquis 100 camions

En Suisse, quatre paquets sur cinq sont actuellement livrés par La Poste. Les choses pourraient changer avec l’entrée en scène d’un nouveau concurrent. Dès l’année prochaine, le transporteur Planzer compte lancer son propre service de livraisons, révèle la Handelszeitung jeudi.

«Pour commencer, nous avons fait l’acquisition de plus de cent camions, équipés pour la livraison de paquets», explique dans l’hebdomadaire alémanique Jakob Nielsen, le directeur Planzer KEP. Cette filiale de l’entreprise familiale basée à Dietikon dans le canton de Zurich, dotée d’un capital de 4 millions de francs a été spécialement créée en début d’année.

Le groupe, qui occupe quelque 4600 collaborateurs et compte 1450 véhicules selon ses propres chiffres, a aussi acheté des machines de tri, et il recherche activement du personnel. Il indique vouloir embaucher pas moins de 150 chauffeurs, 75 personnes pour le tri des colis, et entre 30 et 50 dans l’administration. «Nous voulons atteindre 300 collaborateurs d’ici au 3 janvier 2018», précise Jakob Nielsen.

Se maintenir sur un marché concurrentiel

Selon un spécialiste de la branche cité par la Handelszeitung, l’opération devrait coûter au minimum 30 millions de francs au transporteur zurichois, qui se refuse à articuler le moindre chiffre. L’hebdomadaire relève dans tous les cas que Planzer, avec ses 50 sites et ses 13 centres de transbordement ferroviaires répartis sur le territoire suisse, dispose d’une excellente situation pour entrer sur le marché de la distribution des paquets.

Lire également: Le commerce en ligne oblige La Poste à imaginer d’autres modes de livraison des colis

La réussite, sur ce secteur en pleine croissance grâce à l’essor du commerce en ligne – 160 millions de paquets de plus de 30 kilogrammes ont été livrés en Suisse en 2016, contre 127 en 2012 –, n’est pourtant pas garantie. Le marché est très concurrentiel et les marges extrêmement minces. «Copier La Poste ne suffira pas pour pouvoir se maintenir sur ce marché. Un nouvel acteur doit proposer un service aux destinataires clairement supérieur», affirme Milo Stössel, patron de l’entreprise saint-galloise spécialisée dans la logistique et le commerce en ligne MS Direct.

Publicité