Pendant le confinement, Vincent n’a pas su dire non. Ce journaliste pigiste en France voisine n’a pas pu refuser quand on lui a demandé de remplir le même nombre de pages que d’habitude, les sujets dans son domaine manquant pourtant cruellement. «Je l’ai fait mais ça a été très difficile et je ne suis pas forcément fier du résultat», admet-il.

Le jeune homme ne parvient pas non plus à dire non quand on lui demande de l’aide ou du travail supplémentaire, et pas forcément rémunéré, même lorsque sa semaine est déjà bien remplie. «Parfois, j’aurais vraiment besoin de dire non.»