Éditorial

Le travail non rémunéré, foyer des inégalités

ÉDITORIAL. Les femmes s’occupent dans une large majorité du travail domestique, gratuit, ce qui les précarise et engendre des problèmes pour l’ensemble de la société

En Suisse, un homme et une femme travaillent en moyenne le même nombre d’heures par semaine. Leur revenu, quant à lui, est loin d’être équivalent. En raison des inégalités salariales? Oui, mais pas uniquement. Elles jouent un rôle mineur comparé au manque à gagner presque trois fois supérieur venant du travail non rémunéré (au moins 80 milliards de francs par an).

La plupart du temps invisibles dans les statistiques économiques, rarement débattus, considérés comme allant de soi et largement féminins, les tâches ménagères, l’éducation des enfants ou encore les soins prodigués aux proches nous occupent plus qu’un emploi rémunéré. Les Suisses y passaient 9,2 milliards d’heures en 2016, contre 7,9 milliards d’heures à leur bureau.