L'année 2020 fut une surprise, une suite de bouleversements et d’adaptations. Le monde du travail en a connu de nombreux: plans de protection, activités ralenties ou carrément stoppées, RHT, télétravail pour les secteurs qui le peuvent… Que garderons-nous de tout cela en cette nouvelle année et celles qui suivront? Sans boule de cristal, la vision de certains acteurs concernés par l’organisation du travail permettra d’avancer quelques pistes pour 2021.

Du côté des patrons, la volonté est surtout de revenir au monde d’avant aussi vite que possible. «Avant le coronavirus, la Suisse était un petit coin de paradis en termes d’emploi avec un chômage très bas. Ce succès était fondé sur un marché du travail libéral et ouvert, avec un Etat qui intervenait peu et un partenariat social solide, estime Marco Taddei, responsable de l’Union patronale suisse (UPS) pour la Suisse romande. Nous sommes passés à une ingérence étatique forte dans la vie des entreprises, avec les plans de protection, les mesures de quarantaine et un climat d’incertitude, ce dernier étant la pire chose pour un chef d’entreprise.»