C’était un samedi après-midi à la fête de l’Abbaye dans le Val-de-Travers, il y a quelques années. Céline Maye, cheffe de service dans le canton de Neuchâtel jusqu’à l’été dernier, avait commencé à exercer son nouveau poste huit mois auparavant. En buvant un verre au milieu des stands, elle croise une femme qui la connaît à l’évidence par son travail. «Elle m’a saluée: «Bonjour Madame Maye, quel plaisir de vous voir ici!» Je ne me souvenais même pas de l’avoir déjà rencontrée. Ça m’a marquée.»

Qui n’a jamais vécu la situation que décrit Céline Maye? Ne plus se souvenir du nom, ou pire, du visage d’un interlocuteur qui nous accueille avec chaleur et assurance. Pour éviter le malaise, elle ne laisse rien paraître et détourne la conversation sur l’événement présent.