Le sort des travailleurs migrants dans le Golfe persique, plus particulièrement au Qatar, hôte de la Coupe du monde de football 2022, fait couler beaucoup d’encre ces jours. Mais il y a l’autre côté de la médaille. Les travailleurs originaires d’Asie du Sud – Inde, Pakistan, Népal, Bangladesh et Sri Lanka –, principaux pourvoyeurs de cette main-d’œuvre, ont envoyé l’an dernier 157 milliards de dollars à leur famille restée au pays. «Cette manne qui arrive depuis une trentaine d’années a transformé le paysage du Kerala, Etat du sud-ouest de l’Inde et l’une des principales sources de travailleurs migrants du pays», témoigne Sebastian Irudaya Rajan, président de l’Institut international de la migration et du développement, sis à Trivandrum, la capitale de l’Etat.