Espérant sauvegarder l'emploi, le Trésor américain a conclu mardi soir des accords afin d'octroyer des prêts de grande ampleur à sept grandes compagnies aériennes, dont American Airlines et United Airlines.

Il n'est toutefois pas certain que ces accords vont permettre de suspendre les plans de suppression d'emplois annoncés récemment par ces deux grands transporteurs. La pandémie de Covid-19 a provoqué au printemps la quasi-paralysie du transport aérien.

Lire encore: American Airlines pourrait licencier jusqu'à 25 000 salariés

Les transporteurs aériens peinent à faire revenir les passagers dans leurs avions depuis la réouverture progressive de l'économie et les lignes internationales sont toujours extrêmement réduites, notamment en raison des interdictions décrétées par les différents gouvernements.

Alaska Airlines, Frontier Airlines, JetBlue Airways, Hawaiian Airlines, SkyWest Airlines ont signé l'accord avec l'administration Trump, en plus d'American et United. Sans surprise, Delta Airlines et Southwest Airlines ne font pas partie de ces nouveaux accords puisqu'elles avaient déjà indiqué qu'elles n'y prendraient pas part.

Un prêt «sous certaines conditions»

Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, s'est dit «heureux de conclure des prêts qui soutiendront cette industrie essentielle tout en assurant une compensation appropriée des contribuables» dans un communiqué, appelant en outre le Congrès à étendre le programme de soutien afin de soutenir l'emploi de toute l'industrie aéronautique.

Le Trésor précise en revanche que les compagnies signataires obtiendront leur prêt «sous certaines conditions» qui n'ont pas été indiquées. Les compagnies recevront ainsi «un prêt d'un montant maximum de 7,5 milliards de dollars (6,4 milliards d'euros) ou 30% de 25 milliards».

Lire aussi: Un plan de sauvetage pour les compagnies aériennes américaines

En juillet, le Trésor avait indiqué que les emprunteurs devraient s'engager à certaines conditions comme le maintien d'un certain niveau d'emplois et des plafonds sur les rémunérations des employés, le versement de dividendes et les rachats d'actions.

L'enveloppe de 25 milliards de dollars (21,3 milliards d'euros) dédiée au transport aérien avait été décrétée dans le cadre du gigantesque plan de soutien à l'économie américaine de 2200 milliards de dollars (1875 milliards d'euros) adopté fin mars par les Etats-Unis pour soutenir ménages et entreprises durement affectés par la crise sanitaire et économique.