Après la banque Migros la semaine dernière, c'est au tour de la Banque Cantonale de Zurich (BCZ), de Lucerne et de Schwytz d'annoncer une baisse de leurs valeurs de référence pour les prêts hypothécaires de 0,25 point à 4,25%. Les quatre établissements ont réagi rapidement à l'assouplissement monétaire décidé par la Banque nationale suisse jeudi dernier. Le Credit Suisse devrait, pour sa part, annoncer un mouvement similaire cette semaine encore. Concernant les trois banques cantonales, le changement est valable immédiatement pour les nouvelles affaires et dès le 1er juillet pour les crédits existants.

En Suisse romande, les banques cantonales hésitent encore à se lancer dans cette valse. Tous les établissements contactés affichent un prudent attentisme, faisant notamment valoir, comme à la Banque Cantonale du Valais ou à la Banque Cantonale Vaudoise que le meilleur taux s'établit déjà à 4,25%. Mais les banques qui appliquent des taux différenciés en fonction du profil du client mettent moins volontiers en avant le niveau de leur taux de référence. A la BCV, il se situe à 4,5%, soit 0,25 point de plus que le nouveau taux des banques Migros, cantonale de Zurich, de Lucerne et de Schwytz.

Toutefois, reconnaît Jean-Michel Deschenaux, responsable des crédits à la Banque Cantonale de Neuchâtel (BCN), la tendance est lancée. Elle devrait donc entraîner plusieurs établissements. «Aucune décision n'a été prise car nous voulons nous assurer que cette tendance se confirme, explique le cadre neuchâtelois. Mais nous devrions nous acheminer vers une baisse des taux.» A la BCN, le taux de référence se situe à 4,75%, soit nettement en dessus des valeurs des quatre banques «baissières». La pratique d'un taux unique (absence de deuxième rang), précise notre interlocuteur, explique cette différence.

L'Asloca n'a pas manqué hier d'inviter les banques cantonales romandes à diminuer rapidement leurs taux. L'association a également rappelé qu'en cas de baisse des valeurs de référence, les locataires ne doivent pas hésiter à demander un ajustement de loyer à leur bailleur.